Ce dimanche, en clôture de la 14ème Journée de Ligue 1, les Lyonnais ont réalisé le coup parfait en faisant tomber le leader parisien (0-1). Grâce à une superbe prestation et un but de Kadewere, l’OL continue sa très belle lancée. Retour sur le match

Alors que Tuchel a décidé de se passer Mbappé, Garcia décide de reconduire son 4-3-3 avec T.Mendés et Aouar qui retrouvent leur place au milieu de terrain (de même que Dubois et Cornet en défense).

Disposée en 4-5-1 en phase défensive, l’équipe de l’OL tente de réduire les espaces entre les lignes pour éviter de se faire prendre par la technique et la vitesse des offensifs parisiens. Un dispositif en ce début de match qui fonctionne plutôt bien puisqu’en ce premier quart d’heure, Lopes n’est aucunement sollicité. Offensivement, à la récupération, l’OL tente de casser les lignes par des passes rapides vers l’avant et/ou par la technique de ses milieux (Aouar et Paqueta en tête). Une stratégie qui permet aux Lyonnais de porter vers la cage de Navas mais sans se montrer eux-aussi dangereux. À la 23e, on ne compte qu’un tir cadré pour l’OL (0 pour le PSG… ), les défenseurs ont bien pris le pas sur les attaquants.

Si l’une et l’autre équipe tentent d’exercer un pressing haut pour gêner les relances adverses, les défenseurs lyonnais s’en sortent mieux que leurs homologues parisiens. Les attaquants de l’OL interceptent quelques ballons, sur l’un d’eux, KT Ékambi sert Kadewere qui sans trembler trompe Navas (35e). PSG 0-1 OL. 43e, sur une attaque rapide à gauche, Lopes est obligé de s’interposer pour la première fois de la rencontre sur un tir de Florenzi. Le PSG tente d’imposer (enfin?) son rythme et son jeu à la rencontre en cette fin de première mi-temps.

Au retour des vestiaires, le match reprend sur les mêmes bases que la première période. Les attaquants de l’OL gênent la relance des défenseurs adverses (permettant encore quelques récupérations hautes) sinon l’équipe reste en bloc bas pour stopper les offensives parisiennes. À la récupération, la technique lyonnaise lui permet de ressortir proprement le ballon et de ne pas rester sous pression. Au fur et à mesure, les espaces entre les lignes lyonnaises tendent à se distendre, les offensifs ne parvenant que plus difficilement à faire les courses pour se replier après des attaques. Mais comme le PSG souffre aussi physiquement… l’OL n’est que peu mis en danger. Les rentrées d’Herrera et surtout M’Bappé sont là pour apporter du sang neuf au collectif parisien.

Malgré ces changements à l’heure de jeu, c’est l’OL qui se montre le plus dangereux en phase offensive : Paqueta en volée oblige Navas à faire un arrêt, Ekambi tente un lobe astucieux qui passe de peu à coté… Seul Neymar tente de rendre la pareille avec un centre sur lequel Lopes se couche bien. À l’entame du dernier quart d’heure, l’OL tient toujours son résultat. Tendant à reculer, l’équipe se contente de préserver son avance au tableau d’affichage, ses rares contres n’étant plus réellement dangereux le milieu ayant bien du mal à ressortir le ballon. La fatigue se fait sentir et Garcia décide de changer de système en passant en 5-3-2 pour préserver le score (Diomandé, Dembélé et Guimaraes remplacent Kadewere, Memphis et Aouar). Si Mbappé, par ses accélérations, fait planer une menace dans son couloir, l’OL continue de se procurer quelques opportunités sans pouvoir se créer de nouvelles occasions (à l’image de la frappe de Guimaraes dans les arrêts de jeu). Dans les dernières minutes, l’OL souffre. Acculés dans sa moitié de terrain, les Lyonnais font preuves de solidarité. À la 93e, Mbappé ne cadre pas sa frappe… Ouf !

Au coup de sifflet final, l’OL peut savourer cette victoire qui lui permet de détrôner les Parisiens. Avec cette nouvelle victoire, les Lyonnais retrouvent les sommets rejoignant le LOSC à la première place du championnat.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :