Pour cette 1/2e finale, l’OL affrontait l’ogre munichois. Hélas, dix ans après la précédente demi-finale, l’équipe allemande aura été à nouveau le bourreau des Lyonnais.

Reconduisant la même composition d’équipe au coup d’envoi que samedi dernier, Garcia espérait bien refaire le coup en prenant son adversaire en contre. Et effectivement, positionnés en 5-4-1 en phase défensive, les Lyonnais jouent bas mais, comme contre City, ne font pas que défendre. En phase offensive, Dubois et Cornet prennent bien leur couloir pour apporter des solutions et les milieux adressent de bonnes transversales dès la récupération du ballon. Sur un contre rondement mené, Memphis est tout près d’inscrire le premier but de la rencontre. L’attaquant batave, seul face au gardien, fait un crochet un peu long ne lui permettant pas de rabattre le ballon au fond des filets (3e). À la 10e min, sur une perte de balle, le Bayern parvient à perforer la défense lyonnaise, heureusement Lopes peut mettre en corner. Sur le contre, Memphis, sur le côté gauche, repique pour s’offrir une belle position de frappe du droit mais cela passe à côté. À chaque récupération, l’OL parvient à très bien se projeter vers l’avant et à mettre en difficulté la défense allemande. Les opportunités se multiplient pour les attaquants lyonnais, Toko Ekambi (16e) touchant même le poteau. Les Lyonnais tendent à prendre l’ascendant et à faire douter cette équipe munichoise. C’est le moment que choisit Gnabry à la 18e pour faire une percussion et décrocher une frappe énorme sur laquelle Lopes ne peut rien (1-0).

Ce but change évidemment la physionomie du match, l’OL est bien obligé de jouer plus haut même si, pour cela, il doit laisser un peu plus d’espaces dans son dos. Les Allemands essaient d’en profiter, faisant planer une menace constante sur le but de Lopes. Un peu moins compact, les Lyonnais éprouvent plus de difficultés à ressortir proprement le ballon et subissent davantage.

33e min, sur un ballon perdu au milieu, le Bayern déborde la défenseur lyonnaise, le centre est repris en deux temps, Gnabry de nouveau trouve le chemin des filets (2-0). Subissant le pressing des milieux adverses, les Lyonnais ont encore plus de mal à conserver le ballon (à peine 30 % de possession) et la défense est d’autant plus mise sous pression. Les opportunités devant les cages de Lopes se multiplient, le Bayern est tout près du KO à la fin de la première période. 50e min, une nouvelle fois prise dans son dos, la défense de l’OL est heureuse de voir Lopes intervenir. Physiquement, l’OL est à la peine à force de multiplier les courses mais a le mérite de ne pas se décourager. Sur un centre de Dubois, Memphis est tout proche de se procurer une grosse occasion (54e) et sur le corner qui suit, Marcelo reprend le ballon de la tête mais ne peut suffisamment le rabattre pour cadrer. Dès l’entrée en jeu de Dembélé (à la place de Memphis), sa récupération de balle permet à Aouar d’être lancé dans le dos des défenseurs munichois, le milieu lyonnais centre pour Toko Ekambi mais ce dernier ne peut tromper le portier allemand (58e). L’OL est mieux et parvient à poser pas mal de problèmes à la défense bavaroise mais le score reste inchangé.

À l’entame des 20 dernières minutes, on sent que les équipes souffrent physiquement, les lignes se distendent et les joueurs éprouvent de plus en plus de difficultés à faire les efforts pour se replacer. Les Lyonnais parviennent à se procurer des opportunités de centres mais, par manque de précision, sans se créer de réelles occasions. 72e, Garcia tente son va-tout en faisant rentrer Cherki à la place de Marçal, l’OL rebascule en 4-4-2. Aouar sur une belle percée trouve Cherki (à peine entré en jeu) au centre ; hélas, le prodige lyonnais écrase trop sa frappe. La nouvelle disposition tactique gêne le Bayern qui souffre défensivement… mais reste toujours tout aussi dangereux sur les phases offensives. Les attaquants munichois, trouvant plus d’espaces, peuvent faire étalage de leur technique et de leurs talents. Si l’arbitre a la bonne idée de siffler un hors-jeu très litigieux à la 81e, il ne peut rien trouver à redire à la 88e, lorsque sur un coup franc excentré, Lewandowski s’élève au-dessus de la défense lyonnaise pour inscrire le 3e but. 3-0, pour le Bayern, score final.

L’OL n’a pas à rougir de sa défaite, il aura réussi à faire douter cette très belle équipe bavaroise. Seuls le talent individuel et la réussite de ses attaquants auront permis aux Allemands d’accéder à une nouvelle finale de LdC… un bonheur qui échappe une nouvelle fois aux supporters lyonnais.

Photos par Icon Sport

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :