[OL 5-1 TFC] Un OL impérial s’impose avec la manière

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après une prestation plus qu’indigeste contre Monaco au Stade Louis-II, l’OL avait à cœur de remettre les pendules à l’heure contre Toulouse. C’est chose faite avec une belle victoire 5-1, où l’OL a affiché sa force et sa maîtrise.

Dès la 2e min., l’OL oblige Reynet à une parade, deux minutes plus tard, sur un centre venant de la gauche, Marcelo est trop court pour rabattre la trajectoire du ballon. L’OL affiche ses ambitions et imprime son rythme à la rencontre. Trouvant avec ce 4-2-3-1 des intervalles entre les lignes, l’équipe parvient à bien fixer dans l’axe pour mieux contourner le bloc adverse en passant par les côtés. 10e min., sur un nouveau centre venant de la droite, Dembélé est trop court mais Memphis à droite récupère le ballon et après quelques passements de jambes s’offre une position de frappe. Poteau rentrant, Memphis permet à l’OL d’ouvrir le score 1-0. Obligés de jouer, les Toulousains tentent de sortir de leur moitié de terrain. Et sur un ballon mal apprécié par Mendy, Dosseri égalise (15e). Tout est à refaire ! Remettant le pied sur le ballon (plus de 66 % de possession), les Lyonnais ne perdent pas le fil du match et repartent de l’avant. Par le dédoublement des latéraux, l’OL parvient régulièrement à déborder le bloc adverse et les centres se multiplient devant la cage de Reynet.
Au bout de 20 minutes, l’OL desserre un peu son étau, Toulouse parvient un peu plus à conserver le ballon et à construire quelques attaques placées. Le TFC est plus offensif mais laisse davantage d’espaces dans son dos, ce que l’OL va exploiter immédiatement. À la 31e min, Traoré sur son côté fait un centre-tir qui surprend le portier toulousain. 2-1 pour l’OL. Quelques minutes plus tard, sur une touche, Fekir se sort du marquage d’un magnifique coup du sombrero, il rentre dans la surface. Fauché, il décide de se faire justice lui-même en transformant le penalty (35e). L’OL a fait le break. À part sur un centre de Gradel, Lopes n’est pas inquiété en cette fin de première mi-temps tandis que l’OL continue d’user le bloc défensif adverse. Positionné un peu plus bas, Fekir trouve de la profondeur sur les côtés et continue de percuter dans l’axe. La défense du TFC est aux abois et peut même être assez heureuse de ne pas voir le score s’alourdir quand Dembélé n’adresse pas une bonne passe à Memphis seul face au but (43e).

Au retour des vestiaires, l’OL ne se déconcentre pas et continue à pratiquer du beau football devant un public lyonnais forcément ravi de voir son équipe à ce niveau. Positionnés plus bas, les Lyonnais parviennent par des attaques rapides à mettre encore en difficulté leurs adversaires du soir. Après une frappe trop enlevée de Memphis (47e), c’est Dembélé qui est tout près de trouver l’ouverture (50e). L’OL ne concrétise pas mais reste serein défensivement. Seule une frappe toulousaine à la 61e min. nous rappelle que l’OL ne mène que par 2 buts d’écart et qu’il doit rester vigilant. Le TFC tente à l’heure de jeu de faire douter l’OL en jouant plus haut. Mais comme en première, cette stratégie bénéficie plutôt aux Lyonnais qui peuvent alors plus facilement exploiter les espaces dans le dos des défenseurs. Après une tentative en retournée acrobatique de Memphis (62e), Dembélé réussit à passer son vis-à-vis en un contre un pour inscrire le 4e but de son équipe (67e).
Il reste un peu plus de 20 minutes à jouer et le cauchemar n’est pas fini pour des Toulousains complètement dépassés. À peine l’engagement est effectué que Dembélé, sur un centre de Fekir, double la mise. On joue la 73e min. et l’OL mène 5-1. 77e, Traoré bien servi par Dembélé contourne son adversaire avant d’inscrire dans le petit filet opposé son second but de la rencontre. 6-1 pour l’OL. Non ! Pour quelques centimètres, Traoré était hors-jeu. Cahuzac se fait exclure à la 83e min, histoire de compléter le sombre tableau de la soirée pour le TFC. Memphis sur le coup franc qui suit sollicite encore Reynet, comme Rafaël quelques minutes plus tard sur une jolie reprise. Quoi qu’il en soit et malgré son avantage au tableau d’affichage, l’OL continue à faire mal et à prouver ainsi qu’il est capable de faire une prestation pleine et accomplie pendant 90 minutes. Les supporters peuvent se réjouir, l’OL s’impose avec la manière.

Partager

À propos de l'auteur

Avatar

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Laisser un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :