Ils l’ont fait ! À Turin, nos Lyonnais ont tenu bon en réussissant l’exploit de sortir la Juventus de Turin. En route donc pour Lisbonne et le Final 8, pour notre plus grand bonheur. Retour sur le match

Mis en place lors des matchs amicaux de reprise, le 3-5-2 est reconduit par Garcia. Après la performance défensive encourageante contre le PSG. Le coach lyonnais fait confiance aux mêmes hommes pour ce match, seul Dembélé, décevant, a laissé sa place à Toko-Ekambi afin de permettre à l’équipe de trouver plus de profondeur.

Au coup d’envoi, la Juventus tente d’exercer un pressing haut et de monopoliser le ballon. L’OL recule et, à part une percussion de Toko-Ekambi sur le côté gauche, subit. Les Lyonnais ont du mal à ressortir proprement le ballon, on saute le milieu pour chercher la profondeur mais quand ils arrivent à récupérer le ballon haut, les Lyonnais parviennent à être dangereux. 8e, Toko-Ekambi sur le côté gauche, remise pour Memphis qui centre vers Aouar qui d’une frappe est tout proche d’ouvrir le score. 10e, sur une récupération haute, Cornet trouve Aouar en retrait qui s’infiltre dans la surface. Il est mis à terre, penalty ? Oui, après quelques hésitations, l’arbitre accorde la faute ! Memphis d’une panenka trompe le gardien adverse. On joue la 12e min et l’OL a fait la moitié du chemin. La Juve doit inscrire maintenant trois buts à Lopes pour pouvoir se qualifier. La défense lyonnaise joue bien la ligne pour mettre plusieurs fois Ronaldo hors-jeu, mais la défense est aux abois lorsque Bernadeschi passe en revue toute l’arrière-garde lyonnaise. Il n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets, heureusement Marcelo évite l’égalisation en revenant au dernier moment.

La Juve commence à avoir de plus en plus de situations chaudes devant la cage de Lopes et les Lyonnais ont de plus en plus de mal à ressortir le ballon, à se créer des occasions. L’équipe de l’OL semble coupée en deux avec un milieu ayant davantage de mal à combler l’écart entre les lignes offensives et défensives (plus de 30 mètres). Après la première demi-heure, la défense est aux abois. Dubois puis Guimaraes devant les percussions adverses sont obligés de concéder des fautes à l’entrée de la surface. Sur un coup franc de Pjanic, Memphis touche le ballon du coude. Alors que la main est collée au corps, l’arbitre n’hésite pas cette fois ; penalty que Ronaldo transforme sans trembler (41e). Physiquement, les Lyonnais sont à la peine et tous les supporters poussent un ouf de soulagement lorsque l’arbitre renvoie les deux équipes aux vestiaires.

En cette entame de seconde période, retrouvant de la fraîcheur physique, les Lyonnais tentent de faire remonter leur bloc équipe. L’OL, tactiquement, resserre bien les lignes. Et même si Lopes est contraint de repousser des centres dangereux du poing, l’équipe parvient à bien contrecarrer les offensives italiennes. Offensivement, par l’intermédiaire de Memphis, l’OL réussit même à se créer une opportunité un tant soit peu de dangereuse… Les Lyonnais semblent relativement sereins lorsque Ronaldo d’une petite accélération trouve la faille d’une frappe enveloppée. 2-1 pour la Juve On joue la 60e et les Lyonnais n’ont maintenant plus le droit à l’erreur. De nouveau, le bloc équipe recule dans ses 30 derniers mètres. L’OL ne parvient que très difficilement à ressortir le ballon, encore plus à se créer des occasions. Pour apporter un peu de fraîcheur, Garcia décide de sortir Toko-Ekambi et Memphis pour Dembélé et Reine-Adélaïde (Denayer blessé venant de céder sa place à Andersen quelques minutes plus tôt). Ces changements ne modifient pas la physionomie de la rencontre. La Juve fait tourner, attend une ouverture avant de percuter sur les côtés (surtout le droit de la défense lyonnaise) pour adresser un centre. Une stratégie qui fonctionne, obligeant Dubois et Cornet à se replacer au niveau de la charnière centrale. Heureusement, les attaquants de la Juve, Higuain et Ronaldo en particulier, sont imprécis sur leurs têtes, Lopes voyant les ballons passés au-dessus de la barre transversale.

Les Lyonnais continuent de subir mais les minutes s’écoulent inexorablement. Entre un Caqueret et un Guimaraes qui ratissent les ballons au milieu et une charnière centrale qui répond parfaitement aux duels dans la surface… l’OL tient. Les corners et coups francs ont beau s’accumuler, les Lyonnais peuvent savourer leur qualification au coup de sifflet final.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :