Pour jouer à Bordeaux, Garcia avait décidé d’abandonner son 4-2-3-1 pour privilégier un 4-3-3, les matchs précédents n’ayant été que peu rassurants dans le jeu. Le peu d’impact de Terrier dans les matchs l’ayant peut-être convaincu que personne dans l’effectif n’était capable de prendre la succession de Memphis.

Dès la 3e minute, Traoré sur un centre trouve Aouar dont la frappe n’est pas assez puissante pour tromper Costil. Une action qui marque la bonne entame de nos joueurs. Monopolisant le ballon et reconstituant un bloc assez compact, l’OL réussit à mettre en place son jeu. À la 6e minute, Aouar repique au centre pour déclencher une bonne frappe qui malheureusement passe à côté. À la 9e, c’est au tour de T. Mendes de se mettre en valeur par une nouvelle frappe qui hélas s’envole… Offensivement, l’OL joue bien.

Cherchant à passer sur les côtés pour profiter des espaces laissés par les Bordelais (disposé en 3-4-3), les Lyonnais parviennent en ce début de rencontre à faire reculer le bloc adverse. Récupérant haut le ballon, ils peuvent se projeter vers l’avant à l’image de cette action à la 16e minute où Aouar, encore lui, trouve en profondeur dans la surface un Dembélé tout près de tromper Costil, sa frappe étant contrée ; Cornet surgit alors mais son tir n’est pas cadré. Le plus terrible, c’est donc au moment où l’OL semble avoir de l’emprise sur la rencontre qu’Andersen décide d’offrir un cadeau aux Girondins en adressant une passe en retrait sans voir que Briand rôde dans la surface. Bordeaux, sur sa première occasion et complètement contre le cours du jeu, ouvre le score à la 15e min (1-0).

Bordeaux OL

Malgré ce coup de massue, les Lyonnais ont le mérite de ne pas se décourager. Avec son bloc compact et toujours haut sur le terrain, l’OL continue de récupérer haut le ballon et à se procurer des occasions. Dembélé n’est pas loin de trouver le cadre d’une frappe du gauche enroulée (21e). Pas plus réalistes que leurs coéquipiers, Caqueret et Traoré ne trouvent pas plus la faille quelques minutes plus tard. Continuant à bien exploiter les couloirs, les Lyonnais parviennent à déstabiliser la défense adverse mais sans aucun réalisme. En effet, sur la douzaine de tirs à la demi-heure de jeu, les Lyonnais n’ont réussi qu’à en cadrer un seul (Bordeaux faisant quant à lui presque du 100%) ! Sur une nouvelle récupération haute à la 41e min, Traoré trouve à nouveau Dembélé qui remise pour Aouar. Le ballon parvient finalement à Cornet sur le côté gauche mais celui-ci vendange une nouvelle fois. Frustrant ! Ainsi, alors que l’OL a fait une de ses meilleures mi-temps, il se retrouve mené à la pause.

Dès le retour des vestiaires, on sent bien que les deux équipes ne comptent pas en rester là. Le ballon navigue d’un camp à l’autre, Aouar répondant à une offensive girondine (46e). Bordeaux tente de jouer plus haut sur le terrain (sentant bien qu’il ne pourra subir en seconde autant qu’en première) mais l’OL trouve des décalages et parvient dès la récupération du ballon à bien se projeter vers l’avant. Sur une belle percussion de Dembélé, Cornet d’une frappe détournée par Sabaly trompe Costil. On joue la 50e min et l’OL revient à la marque (1-1). Trois minutes plus tard, sur un contre rondement mené par Aouar, Cornet trouve Dembélé dans l’axe qui ne rate pas l’opportunité de marquer à son tour (53e).

En moins de trois minutes, les Lyonnais viennent de renverser complètement la situation. Menant maintenant au score, on peut se demander comment ils vont gérer la suite de la rencontre ? Refusant de se reposer sur leurs lauriers (et devant une équipe de Bordeaux assez faible au demeurant), l’équipe continue de proposer du jeu et à faire les efforts à la récupération. Grâce à un beau pressing, Traoré réussit à intercepter le ballon sur une mauvaise passe bordelaise mais il la joue trop perso et rate l’opportunité (55e). Les occasions continuent de pleuvoir sur la cage de Costil. 61e min, le ballon navigue devant les buts bordelais mais ni Marçal, ni Dembélé ne peut le reprendre. L’OL veut vraiment faire le break pour s’éviter toute frayeur en fin de match. Les joueurs continuent à se porter vers l’avant surtout que Bordeaux à mesure que les minutes défilent tend à se découvrir. Par deux fois, Cornet sur un contre ne trouve pas la faille soit par une passe dans l’axe, soit par une frappe trop écrasée (65e et 70e).
Le milieu de l’OL (en particulier Caqueret et Aouar) continue de rayonner sur la rencontre. Dès la récupération du ballon, il se projette bien vers l’avant et apporte le surnombre sur les offensives. Malheureusement, comme sur cette occasion de Dembélé (75e), l’OL manque encore de réalisme comme de réussite, la barre venant repousser cette fois-ci la tentative de l’attaquant lyonnais. À la 77e, c’est au tour d’Aouar de n’être pas assez lucide devant le but en tentant de piquer un ballon alors que Costil était bien resté campé sur ses appuis. Toujours dominateur, Rafaël fait de nouvelles percées sur son couloir et crée à nouveau le danger hélas, sans succès là encore. À ce moment de la partie, l’équipe ne compte pas moins d’une vingtaine de tentatives (contre seulement 3 pour leurs adversaires) mais… les tirs cadrés ne se comptent que sur les doigts d’une main et l’OL ne mène que d’un but ! Et ce que tous les supporters craignaient arriva lorsque sur une faute d’Andersen aux 30 mètres, Koscielny réussit à être à la réception du centre… Bordeaux égalise. Non ! L’arbitre finalement revient sur sa décision et annule le but pour un hors-jeu de quelques centimètres. L’OL a eu chaud et peut pousser un énorme « ouf » de soulagement. Il reste quelques minutes à jouer et Bordeaux tente son va-tout. L’OL recule et Garcia décide de sortir Aouar pour Denayer (avant que Tousart ne remplace Caqueret) pour basculer en 5-4-1 et tenter de préserver le score.

Au coup de sifflet final, l’OL peut être soulagé et savourer. En s’imposant 2 buts à 1 à Bordeaux, les Lyonnais ont gagné plus que 3 points, ils ont également retrouvé un collectif et leur jeu. Faisant de cette rencontre presque un match référence pour eux, les Lyonnais vont pouvoir se projeter avec un peu plus de sérénité vers les prochaines échéances en championnat comme dans les coupes.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :