Dans le 116ème derby de l’histoire, l’Olympique Lyonnais et l’AS Saint-Étienne se sont neutralisés 1 but partout. Les Lyonnais ont pourtant mené au score une bonne partie de la rencontre, en vain, puisque les Verts revenaient au score dans les dernières minutes du match…

Après une rencontre jeudi contre Villaréal, l’OL entame cette rencontre de manière prudente. C’est le moins que l’on puisse dire ! Pas de pressing et un peu attentiste défensivement, les Lyonnais sont bas et laissent les Stéphanois déployer leur jeu. L’ASSE prend confiance et réussit même à se créer quelques opportunités dont une action qui se termine au fond des filets… Heureusement, hors-jeu. Au quart d’heure de jeu, l’OL est un peu plus dans le rythme et sur un long ballon de Marcelo, Mariano réussit par un superbe amorti à se mettre en position de tir et à marquer. 1-0 pour OL sur sa première occasion, le match ne pouvait pas mieux commencer.

Au moment même où l’ASSE prenait confiance, elle est cueillie à froid. L’OL en profite et accélère. Effectuant un pressing plus haut, l’équipe réussit bien à se projeter vers l’avant. Avec un Rafael et un Mendy qui prennent bien leur couloir, elle réussit à étirer la défense stéphanoise. De l’espace étant créé, les attaquants lyonnais trouvent des ouvertures que Mariano et Memphis sont tout prêts de concrétiser. Le bloc lyonnais est plus haut et les Stéphanois ont toutes les peines du monde à ressortir le ballon. Malheureusement, l’OL ne maintient pas cette pression et commence à gérer après la demi-heure de jeu. À la pause, devant le peu de danger sur la cage de Gorgelin, le 1-0 semble logique.

À l’orée de cette seconde période, on peut se demander si le match de jeudi ne va pas trop peser dans les jambes lyonnaises ? Surtout qu’après la sortie sur blessure de Rafael, Tousart malade est obligé de céder la sienne ; il ne reste plus alors qu’un seul changement possible à Genesio pour apporter du sang neuf… Dès la 46e minute, on se rend immédiatement compte que l’OL est revenu dans les mêmes dispositions. L’équipe ne veut que gérer son avance. Pas de rythme, pas d’agressivité, l’OL joue la montre. En l’absence de Tousart, le bloc équipe recule. Une stratégie qui semble bien dangereuse au vu des derniers résultats en championnat mais, comme l’ASSE, manque cruellement de justesse technique, la défense n’est pas trop solicitée. Et quand Fekir sort à son tour sur blessure (laissant sa place à Diakhaby et l’équipe en 5-4-1), le match devient plus stressant encore. Fatigué par son match en Europa, l’OL veut tenir le score et rien d’autre. Car, sur ses contres, les Lyonnais ne jouent pas bien le coup. Des passes en profondeur approximatives, des mauvais choix de Memphis / Traoré ou Mariano empêchent l’OL d’exploiter les espaces laissés dans le dos des Stéphanois. Pendant longtemps, on se dit qu’heureusement, l’ASSE n’est pas Rennes, Monaco ou Angers. Trop maladroits, les Verts ne réussissent pas à cadrer un tir… jusqu’à la frappe de Debuchy dans les arrêts de jeu.

1-1, score final ! L’OL plonge un peu plus dans la crise. Le podium s’envole (définitivement ?). Si la fatigue peut expliquer en partie cette nouvelle prestation, elle ne l’excuse pas.. Après tout, c’est Genesio qui a choisi de reconduire à l’identique son équipe (à part Lopes évidemment) ; c’est encore lui qui a décidé de passer en 5-4-1 dès la 70e minute et de subir la fin de rencontre…

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :