Un naufrage

Cette demi-finale aller aurait pu sauver la terne saison lyonnaise, elle aura servi de mise en lumière des terribles défaillances d’un collectif qui n’aura jamais été à la hauteur de l’événement.
En face, un projet de jeu bien rôdé, un stade en ébullition qui porte une équipe majoritairement formée au club, tout ce que l’OL veut être et ce qu’elle n’a pas été ce soir et cette saison.
Dès les premières minutes, le fantôme de Saint-Etienne, Lorient, Guingamp flottait au-dessus de l’air néerlandais, comme un destin qui semble irrévocable et qui va mettre les Gones en face de leurs responsabilités.
En manque de repère, cette équipe semble apathique, sans cohésion ni imagination et l’ouverture du score sur un nouveau coup de pied arrêté plante la première banderille dans un édifice lyonnais déjà bien fragile.
Une ouverture du score qui sera suivie par un but gag digne d’une équipe amateure entre mauvaise relance et placement approximatif intolérable.
Vient alors le folle espoir d’une causerie endiablée de coach Génésio ou du moins de l’un de ses lieutenants Jallet ou Lacazette, sans succès.
Dès le retour des vestiaires, l’OL sombre à nouveau et semble incapable de réagir malgré l’entrée de Rachid Ghezzal qui pourtant à déjà montré cette année que ses entrées ont changé le cours d’un match (ironie).
Ni le but de Valbuena, ni l’occasion ratée de Fekir font renaitre un espoir qui sera vite éteint par le quatrième but néerlandais.
Une addition qui aurait pu être beaucoup plus salée sans les multiples arrêts de Lopes qui trop souvent cette saison aura empêché le navire de sombrer encore un peu plus.
Malgré la méthode Coué prônée par Jean-Michel Aulas, la qualification semble plus que compromise désormais mettant le club et ses acteurs en face de ses responsabilités.
Ce soir, Bruno Genésio fut mis face à ses lacunes irrémédiables pour un club de 200M de budget, avec des infrastructures ultra-modernes et des ambitions XXL.
Ce soir, le board lyonnais a pu comparer la différence entre un club vivant de ses individualités fortes face à un club en construction perpétuelle travaillant sereinement avec ses pépites.
Ce soir, l’OL a probablement mis fin à la dernière chance qu’elle avait de sauver une saison cauchemardesque en forme de fin d’époque.
Alors oui, il reste un match retour où l’OL devra marquer trois fois pour se qualifier sans prendre de but, je propose donc que l’on se rejoigne tous à Fourvière pour espérer l’impensable.

Les stats du match:
(En collaboration avec Stats Foot)

21 :
C’est la 21e défaite de l’OL cette saison toutes compétitions confondues, sans commentaire..

11 :
Anthony Lopes a signé 11 arrêts ce soir pour éviter une défaite encore plus large, un chiffre criant de vérité.

3 :
Il s’agissait de la 3e rencontre en demi-finale européenne pour Maxime Gonalons après les deux confrontations contre Munich en 2010.

Les notes :

Lopes : 7
Il réussi l’exploit de faire un grand match en ayant encaissé 4 buts, une performance qu’il doit grandement à la cataclysmique prestation de la défense lyonnaise.
Sans ses arrêts, l’OL aurait déjà pu déclarer forfait pour le match retour.

Jallet : 3
Trop souvent dépassé sur son couloir, il est l’un des principaux responsables sur le troisième but de l’Ajax Amsterdam.
Son remplacement par Rafael n’a strictement rien changé au marasme du soir.
Dommage que l’OL ne possède pas dans son centre de formation de latéral droit capable d’assurer la relève.

Nkoulou : 3
Sans doute le pire match pour l’international camerounais depuis son retour.
Souvent dépassé par la vitesse et la technique des attaquants adverses, Nkoulou n’a pas réussi à endiguer la vague néerlandaise.

Diakhaby : 2
Responsable sur le deuxième but, Diakhaby a montrer ce soir ses lacunes au très haut niveau dans le placement et avec une relance très chaotique.
Sa titularisation montre avant tout que l’OL n’a pas de réelle solution en défense centrale entre 2 défenseurs centraux expérimentés mais en difficulté, un jeune défenseur central encore un peu juste dans les grands rendez-vous et un autre placardé par Génésio.

Morel : 3
Le latéral gauche lui aussi aura sombré ce soir à l’instar de tout le collectif lyonnais.
Dépassé par Bertrand Traoré sur son couloir, il est l’un des responsables du deuxième but de l’Ajax.

Gonalons : 1
Comment Maxime Gonalons a t-il pu en arriver là ?
Comment le capitaine lyonnais peut-il toujours être titulaire après un tel enchaînement de prestations absolument quelconque.
Absent du duel, en retard et trop rapidement averti, il a préféré réclamer un hors-jeu imaginaire sur le 4e but plutôt que de défendre avec ses partenaires.
Le double-pivot éternellement inefficace qu’il forme avec Lucas Tousart ne profite à aucun des deux.

Tousart : 3
Un match difficile pour le relayeur lyonnais fut encore une fois obligé de déjouer pour laisser la place à Maxime Gonalons et qui n’aura donc profité à personne.
Etonnement inefficace dans les duels, il a semblé en difficulté sur le terrain.

Tolisso : 4
Il se sera beaucoup débattu, il aura tenter à de trop nombreuses reprises tenter de relancer son équipe, occupant tantôt le poste de Gonalons, Fekir sans succès.

Cornet : 1
Comment un joueur aussi faible sur tous les points peut-il jouer à l’OL, une demi-finale européenne ?
Aouar, Maolida, Gouiri, Cognat etc… le vivier d’attaquants lyonnais ne peut-il pas permettre au coach lyonnais de mettre sur le banc un joueur de ce niveau.

Valbuena : 4
Le buteur du soir aura fait du “Valbuena” : Combattif, courageux mais aussi avec énormément de déchets et de pertes de balles.

Fekir : 3
Pour ceux qui ne le savait pas, non Nabil Fekir ne peut pas évoluer seul sur le front de l’attaque et n’est efficace qu’avec quelqu’un à côté de lui.
Merci de le dire à la personne qui gère l’équipe première.

Pour le bien de ma santé cardiaque, j’ai décidé de ne pas parler de Rachid Ghezzal qui normalement doit terminer son passage à Lyon dans peu de temps.

Ajax Amsterdam 4 – 1 Olympique Lyonnais
Traoré 25, 71′                          Valbuena 66′
Dolberg 34′
Younes 49′                                                  

Amsterdam Arena
Demi-finale Ligue Europa

Ajax : Onana – Tete, Sanchez, De Ligt, Riedewald – Schöne (Van de Beek 71′), Klaassen, Ziyech – Traoré, Younes (Kluivert 79′), Dolberg (Neres 88′)

OL : Lopes – Jallet (Rafael 69′), Nkoulou, Diakhaby, Morel – Gonalons, Tousart (Ghezzal 58′), Tolisso – Cornet (Lacazette 78′), Valbuena, Fekir.


Corentin Dupont

Corentin Dupont

Rédacteur pour le blog Coeur de Gone | "Bercé par Sonny Anderson, éduqué par Juninho, émancipé par Bako Koné." | @Corentin_Dupont

Un commentaire

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :