Ce vendredi, c’est veille de match du côté du Groupama OL Training Center. L’occasion pour Bruno Génésio de se présenter devant les médias pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. Interrogé sur son avenir, le coach lyonnais s’est empressé d’avancer des statistiques concernant la saison de l’OL. Des statistiques évidemment positives pour le natif de Lyon, et qui selon lui, dédramatisent la situation du club. Retour sur ces déclarations.

“Depuis 9 saisons, il n’y a que deux saisons où on a eu plus de points à la 31e journée”.

Si la statistique exacte est fausse, dans l’idée, il y a du vrai. En effet, depuis la saison 2008/2009, il n’y a que TROIS saisons où l’OL a eu plus de points au soir de la 31e journée. L’OL a actuellement 54 points. Lors de la saison 2014/2015, le club en avait 61 ; lors de la saison 2009/2010, le club en avait 57 ; lors de la saison 2008/2009, le club en avait 60. Par rapport à la saison dernière, à la même époque, l’OL compte 5 longueurs de plus.

“Depuis 10 ans, on a la meilleure attaque du championnat à Lyon”.

Vrai, ex-æquo avec la saison 2007/2008, l’OL comptabilise 64 buts en 31 matchs. C’est 15 de plus que l’année dernière, à la même période. Et c’est justement le fort potentiel offensif de l’OL qui rend frustrante la saison ratée des lyonnais. Lacazette-Fekir-Memphis-Valbuena, en plus d’un milieu comme Tolisso, oui le potentiel offensif est monstrueux. Comment se satisfaire des résultats actuels avec une telle attaque ?

“Depuis 10 ans, il n’y a eu qu’une saison où il y a eu plus de victoires au bout de 31 journées”.

La statistique est fausse, mais l’OL a effectivement un nombre de victoires supérieur à ceux connus depuis 10 ans. Avec 17 victoires en 31 matchs, ce total se place à la 3e place, devancé par la saison 2014/2015 (18), et la saison 2007/2008 (21), et à égalité avec la saison 2008/2009. Alors pourquoi malgré ce joli total l’OL est-il complètement largué en championnat ? Car le nombre de défaites est trop important.

En effet, le coach lyonnais choisit ses statistiques, pas toujours exactes mais qui ont l’avantage de mettre en valeur son travail. Mais ses détracteurs, qu’il nomme péjorativement le “café du commerce”, peuvent aussi faire jouer les chiffres en leur faveur. Voici les trois statistiques que Bruno Génésio a malencontreusement oublié de citer lors de sa conférence de presse, ce vendredi.

Sur les dix dernières saisons, jamais l’OL n’avait autant connu la défaite à cette période là.

11 défaites en 31 matchs, voilà la principale raison du mauvais classement de l’OL. Cette saison, l’OL ne concède que très peu de matchs nuls (3, total le plus faible du championnat). Si les victoires sont au rendez-vous, les revers le sont aussi beaucoup. Trop pour prétendre à un meilleur classement. La saison dernière, le club comptait 10 défaites à période égale (comme en 2011/2012). Et c’était déjà un record.

Sur les dix dernières saisons, l’OL n’a connu pire classement qu’à une reprise.

C’était il y a 3 ans, l’OL se classait cinquième, et avait d’ailleurs terminé à cette même place. C’est tout de même la cinquième fois sur les dix dernières années que l’OL est hors podium à 7 journées du terme du championnat.

L’OL a la huitième moins bonne défense sur les 10 dernières saisons.

Déjà 35 buts encaissés par l’OL, qui a un mal fou à stabiliser sa défense depuis le départ de Samuel Umtiti. L’an dernier, à la même période, l’OL avait encaissé deux buts de moins. Les Gones ont d’ailleurs déjà pris 10 buts de plus qu’il y a deux ans…

L’OL a déjà perdu 14 points contre les équipes de deuxième partie de tableau.

Ce n’est pas nouveau cette saison, mais l’OL a du mal contre les clubs mal classés. Le constat est sans appel. 14 points perdus contre des équipes dans la zone de relégation ou quelques points au-dessus, c’est trop. En comparaison, Paris n’a perdu que 3 points contre ces mêmes clubs, et Monaco 4. La différence, elle se fait aussi là.

L’inconstance de Bruno Génésio, elle se traduit aussi dans ces statistiques. Il combine à la fois certaines des meilleures stats du club depuis 10 ans, comme certaines des moins bonnes de l’histoire du club. De plus, comment ne rien dire au vu de l’effectif à sa disposition. Depuis quand l’OL n’avait pas eu un si bel effectif ? Les saisons précédentes, c’était aussi des saisons de transition : l’après années 2000 remplies de trophées, l’avant Parc OL.

Depuis deux ans, l’OL n’a perdu qu’un élément majeur (Umtiti), a bénéficié de son propre stade, et a acheté des joueurs à des sommes plus vues depuis longtemps à Lyon (Memphis, Mammana, Darder, Yanga-Mbiwa). Alors forcément, l’attente des supporters est plus importante. L’OL se veut être un grand club, mais ses résultats cette saison ne le prouvent pas. Forcément, en première ligne, c’est le coach qui absorbe toutes les critiques. Mais son équipe ne retrouve pas son niveau de jeu habituel, qui a tant fait chavirer ses supporters. Son équipe n’a pas les résultats attendus. Son équipe tremble et bafoue son football dès lors que l’adversaire exerce un peu de pressing. Cette saison, l’OL ne fait pas rêver, et seule l’Europa League peut changer la saison lyonnaise. Une victoire finale dans cette compétition européenne ferait passer l’OL dans une autre dimension. Cette fin de saison, c’est l’exploit en C3 ou le K.O…

Idèr Nabili

Idèr Nabili

Supporter lyonnais et rédacteur pour coeur-de-gone.fr

Un commentaire

  • Avatar Gonethis dit :

    Splendide merci. Quelqu’un peut twitter l’article à Aulas ? Genesio n’est pas non plus un mauvais entraîneur, il est proche des joueurs et les connait bien. C’est très important. Mais si Lyon veut être à la hauteur de son projet, il faut lâcher genesio qui a tout de même montré de grandes lacunes tactiques, dans les compos comme les changements.

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :