Trois jours avant le derby à Geoffroy-Guichard, les Gones se rendaient ce mardi au Stade Vélodrome pour tenter de décrocher une qualification qui sonnerait déjà comme une dernière chance d’accrocher un titre cette saison.

Le “coach” lyonnais avait aligné une équipe remaniée avec l’absence remarquée dans le onze de départ d’Alexandre Lacazette, Nabil Fekir ou encore Maxime Gonalons, ainsi qu’un nouveau ancien système, le 4-3-3. Nouveau système obligatoire puisque selon la logique du coach lyonnais, défaite est synonyme de changement d’organisation.

Au vue de la première mi-temps, il est difficile voire impossible de lui donner raison tant les lyonnais sont dominés par des marseillais qui ont fondé beaucoup d’espoirs dans cette compétition. Aucun dépassement de fonction, aucun mouvement, des attaquants inexistants, une fébrilité défensive latente, les lyonnais sont souvent proche de la correctionnelle, mais son portier l’en empêche.

Une punition qui va arriver peu avant l’heure de jeu à la suite d’un coup-franc de Lopez. Fanni, libre de tout marquage, ouvre le score. Un score qui aurait pu être plus salé avant la mi-temps si Cabella avait été plus réaliste. Seule éclaircie au tableau, la performance de Sergi Darder au milieu de terrain qui a éclaboussé la rencontre de son talent immense que seul le staff lyonnais semblait avoir oublié.

Au retour des vestiaires, comme à leur habitude, le onze lyonnais plus souvent dans la réaction que dans l’action se lancent à la poursuite du score sans toutefois y être efficace. L’entrée simultanée de Memphis et de Fekir à l’heure de jeu va sonner comme un déclic puisque suite à un bon travail de Nabilon sur la droite, il adresse un caviar à Corentin Tolisso qui ne se fait pas prier et égalise. L’OL termine mieux la rencontre, mais ne réussira toutefois pas à inverser la tendance et empêcher les prolongations.

Des prolongations qui seront fatales à des lyonnais qui ne semblaient pas tenter le tout pour le tout, en témoigne le changement de Darder pour Gonalons… Une entrée qui sera fatale aux ambitions offensives de lyonnais qui n’ont pas pu compter sur Memphis Depay, auteur d’une entrée compliquée ce mardi soir.
Le but de Doria vient sonner le glas des espérances lyonnaises, qui, une nouvelle fois termineront la saison sans trophée, comme depuis 5 ans.

L’ambition lyonnaise semble se limiter désormais à un podium qui semble bien inaccessible et une Ligue Europa dont la seule ambition est d’atteindre les huitièmes de finale… Un bien triste bilan pour une génération qui semblait promise à de biens meilleurs auspices…

Les notes du match :

Lopes : 5
Si il ne peut rien sur les deux buts marseillais, il a en revanche sauver les meubles à de nombreuses reprises et tenter de faire ce qu’il pouvait, comme à son habitude.

Rafael : 4
Rafa nous a habitué à de bien meilleurs prestations que celle d’hier soir, fébrile et proche du rouge à de nombreuses reprises, son apport offensif n’a pas été aussi incisif qu’à l’accoutumé.
Sans doute un manque de fraicheur logique mais comme Bruno Génésio ne compte pas dans ses rangs de défenseur droit d’avenir et qui sont prêt à jouer (Gaspar ?), on ne peut pas faire tourner.

Mammana : 6
Comment a t-on pu s’en passer pendant quasiment toute la première partie de saison ?
Sa qualité de relance, sa solidité dans les duels hier soir a encore été salvatrice.
Alors oui il n’a pas tout réussi mais contrairement à ce qu’abois Raymond Domenech, c’est un vrai défenseur et si il progresse encore, un des tous meilleurs de ce championnat.

Morel : 4
Un match correct dans la série des matchs de Jérémy Morel mais comme la plupart sont médiocres…
Il fut quand même en difficulté sur plusieurs actions et aurait pu être l’un des responsables d’un but si Cabella avait converti son occasion.

Rybus : 3
Le polonais sait courir, faire des fautes, être dur sur l’homme mais problème dès qu’on rajoute un ballon dans l’histoire, cela devient tout de suite plus difficile.
Si dans l’investissement, on a rien à lui dire en revanche ce n’est pas exactement l’idée que l’on se fait d’un défenseur latéral.


Tolisso : 4
Son but aura sauver quelque peu une partie qui semblait mal engagé pour le capitaine lyonnais.
Comme contre Lille Samedi, Tolisso a perdu beaucoup trop de ballons et n’a pas le tranchant qu’on lui connait dans les duels.
Là encore on peut mettre cela sur le compte d’un certain manque de fraicheur, compréhensible pour un joueur inamovible du onze lyonnais depuis le début de la saison.

Darder : 7
Ne pas le titulariser pendant près de deux mois est une preuve latente de l’incompétence chronique du staff lyonnais, si il en fallait une..
Sa qualité technique et ses passes entre les lignes ont perturbé les marseillais et avec de bien meilleurs avant-centre, aurait sans doute été décisifs.
Il est incontestablement ce qu’il manque à l’entrejeu lyonnais, de la qualité technique et des passes qui font la différence.

Tousart : 4
Ses deux minutes d’errance en première mi-temps auront été fatales à l’OL.
Coupable sur le but, l’aveyronnais n’a pas été transcendant mais bien meilleur en deuxième mi-temps que lors de la première.


Ghezzal : 2
Un match horrible pour l’international algérien qui en plus de son investissement et des retours défensifs quasi nuls, aura réussi l’exploit à perdre 80% des ballons qui l’a eu à faire.
Le vrai problème est peut être là, pourquoi continuer à offrir une place de titulaire à un joueur qui ne souhaite prolonger et dont les performances sont clairement insuffisantes.

Valbuena : 3
Encore un retour musclé pour Valbuena qui aura eu droit à un nouveau traitement de faveur du public marseillais.
L’enchainement des matchs ne semble pas faire beaucoup de bien à l’international français mais dans l’horrible trio offensif d’hier soir, il aura été le meilleur.

Cornet : 2
Le cas de Maxwel Cornet interroge autant que celui de Ghezzal, pourquoi conserver une place dans le onze de Bruno Génésio quand on voit son niveau de performance.
Le replacement en 9 n’aura pas été concluant et quand Lacazette et Fekir ne sont pas là, il est tout de suite plus difficile de faire des différences.

Fekir : 5
Une entrée très intéressante pour Nabilon qui aura bouger les défenses marseillaises et offert le but de l’égalisation à Tolisso.
Même si il a progressivement disparu des écrans radars après la prolongation comme ses coéquipiers, il semble possible de le mettre sur une aile dans un 4-3-3.


Depay : 3
Une entrée difficile pour le néerlandais qui semble encore en manque de rythme et à qui il va falloir du temps avant de juger ses performances.

 

Olympique de Marseille 2 – 1 Olympique Lyonnais
Fanni 24′                                   Tolisso 64′
Doria 109′
Stade Vélodrome
16ème de Finale de la Coupe de France

OM : Pelé – Sakai, Fanni, Rolando, Evra (Doria 48′) – Vainqueur, Sanson (Zambo Anguissa 74′), Cabella, Lopez – Thauvin (Payet 94′), Gomis.

OL : Lopes – Rafael, Mammana, Morel, Rybus – Tolisso, Tousart, Darder – Valbuena, Ghezzal, Cornet.


Corentin Dupont

Corentin Dupont

Rédacteur pour le blog Coeur de Gone | "Bercé par Sonny Anderson, éduqué par Juninho, émancipé par Bako Koné." | @Corentin_Dupont

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :