Skip to main content

Nouvelle rencontre, nouvelle composition pour Grosso toujours à la recherche de la meilleure formule. Disposé en 4-4-2 avec un retour à une défense à quatre (Kumbedi, Diomandé, O’Brien et Tagliafico), protégée par un milieu composé de trois défensifs (Alvero, Caqueret et Tolisso) charge à Cherki en 10 d’alimenter le duo Nuamah et Baldé…

Entame volontaire de Tagliafico sur une percée côté gauche, suivi par l’occasion de Baldé. Hélas, l’une et l’autre de ces occasions ne trouvent pas le cadre. 5e, l’exclusion de Doué, pour une semelle sur Tagliafico, offre à l’OL de nouvelles perspectives à l’image de la frappe de Tolisso ou la tête de Diomandé (8e). C’est sans doute la meilleure entame des Lyonnais depuis le début du championnat. L’OL se retrouve à avoir la possession (près de 66 %), les Rennais choisissant de jouer beaucoup plus bas et d’attendre. Ce match se transforme en attaque – défense avec des opportunités qui se multiplient devant la cage de Mandanda, en particulier par des centres et des corners, hélas trop souvent imprécis. 20e, c’est sur un centre de Cherki cette fois qu’Alvero se retrouve dans une position idéale mais sa reprise du gauche est trop écrasée comme, une minute plus tard, sur une bonne remise en retrait de Cherki. Les Rennais, quant à eux, ont bien du mal à franchir le milieu de terrain balle au pied, les Lyonnais campent dans le camp adverse durant ses 20-25 premières minutes.

Photo par Christophe Saidi/FEP/Icon Sport

L’OL ne joue pas mal mais n’arrive pas à profiter de son avantage numérique. S’il fait tourner le ballon, cette circulation de balle est bien trop lente pour prendre en défaut le bloc adverse. A la demi-heure, le jeu s’équilibre même un peu. A la 40e min, si l’OL a réussi à se mettre six fois en position de frappe, Rennes y est parvenu tout de même deux fois. Il faut un cafouillage à la 44e pour qu’O’Brien se retrouve en bonne position mais, encore une fois, la frappe lyonnaise est écrasée et non cadrée. Rageant !

Au retour des vestiaires, l’entrée en jeu de Lacazette permet de faire basculer le système en 4-2-3-1. Grosso, rassuré par son équipe, essaie de faire la décision. Cette réorganisation apporte un peu plus d’allant offensif mais, cela reste beaucoup trop brouillon pour trouver l’ouverture. 54e, sur une belle ouverture de Lacazette, Kumbedi se retrouve en position mais sa reprise trouve les bras de Mandanda. Les Lyonnais multiplient les passes ratées et manquent encore et toujours de vitesse dans les transmissions. Sur une perte de balle de Tolisso, Lopes heureusement veille. 64e, les entrées de Jeffinho et Kadewere (pour Cherki et Baldé) ne changent pas trop la physionomie du match. Les Lyonnais font tourner le ballon, avant d’adresser un centre dans la boîte… que Mandanda n’a pas trop de mal à capter. Mais sur ce nouveau centre de Kumbedi, O’Brien se sort du marquage breton pour inscrire de la tête, son premier but sur ses nouvelles couleurs (68e) SR 0-1 OL.

Photo par Christophe Saidi/FEP/Icon Sport

Si l’OL mène au score, les Lyonnais ne sont pas guéris pour autant. Le ballon leur brûle les pieds, les joueurs ne savent trop quoi faire : continuer à jouer ou commencer à gérer leur avance au tableau d’affichage ! Pourtant il reste encore près de 25 min. Grosso semble avoir pris sa décision en sortant Nuamah pour Diawara. En jouant en 4-3-3, le coach espère retrouver un peu de maîtrises au milieu. Alors même que les Rennais jouent à 10 depuis la 5e minute (et ont joué jeudi déjà en infériorité), ce sont eux qui finissent plus forts physiquement. Les Bretons tentent le tout pour le tout dans les 10 dernières minutes avec l’entrée de Gouiri. Ils font souffrir des Lyonnais apeurés. Sur les contres, Lacazette et Jeffinho jouent mal le coup. Heureusement, Rennes est aussi maladroit avant que Lopes ne sorte la parade sur une frappe de Gouiri dans les arrêts de jeu. Les dernières minutes sont horribles jusqu’au coup de sifflet libérateur.

Enfin les Lyonnais peuvent savourer le goût de la victoire, un parfum qu’ils leur étaient inconnus depuis près de six mois maintenant.

Photos par Icon Sport

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :