Skip to main content

Rien ne va plus à l’OL. Encore battus, les Gones sombrent un peu plus dans la crise et sont la nouvelle lanterne rouge de L1 après sept journées…

Disposé en 5-3-2, on ne peut pas dire que l’OL arrive avec beaucoup de certitude dans le jeu. Fabio Grosso tente de consolider l’axe de sa défense avec trois défenseurs centraux (Mata, O’Brien et Diomandé) sans compter les trois milieux à vocation défensive (Caqueret, Alvero et en pointe haute, Tolisso). Un axe d’autant plus fort qu’il doit permettre de libérer Tagliafico et Kumbedi sur les côtés afin d’apporter des solutions offensives. En l’absence de Lacazette, Fabio Grosso compte enfin sur Cherki et Baldé pour proposer des solutions qui, à tour de rôle, se décale sur les côtés pour apporter le surnombre.

La volonté de Fabio Grosso semble claire dès l’entame de la rencontre. Fixer l’adversaire sur un côté avant d’ouvrir de l’autre afin de prendre à revers son adversaire. Sur un de ces centres venu de la droite, Baldé tente de reprendre de la tête, mais son ballon est trop fuyant (5e). Alvéro tente de faire parler sa puissance mais sa frappe lointaine ne parvient pas à tromper Diouf (9e). Après un bon premier quart d’heure appliqué et sérieux de l’OL, Reims commence à se montrer plus dangereux (les jambes étaient peut-être encore un peu lourdes après leur match de mardi soir ?). L’OL recule et est mis sous pression par deux fois, des actions qui montrent toute la fébrilité défensive lyonnaise. Mais, à part sur des longs ballons en profondeur, la défense lyonnaise ne se laisse pas déborder et semble tenir. Reims ayant du mal à exercer un pressing efficace aujourd’hui, les Lyonnais parviennent à ressortir proprement le ballon par des jeux en triangle. Offensivement, à part ces occasions dans le premier quart d’heure, l’OL manque de liant et profondeur dans son jeu, autant que de percussions balle au pied ou de passes tranchantes vers l’avant. Comme depuis le début du championnat, le potentiel offensif de l’OL est bien trop faible.

Photo par Dave Winter/FEP/Icon Sport

Fort dans l’axe, tentant de coulisser dans les couloirs, l’OL sans être génial offre pourtant un bien meilleur visage que ces dernières semaines dans les phases défensives. Dès la perte de balle, l’équipe se place en 3-4-3 avec un Tolisso montant d’un cran pour renforcer un premier rideau (avec Baldé et Cherki) venant gêner la première relance rémoise. Derrière, les joueurs réduisent les espaces entre les lignes pour former un bloc défensif suffisamment compact pour empêcher Lopes d’être trop inquiété. À l’image de Tagliafico venant couvrir un Diomandé éliminé sur un crochet, les défenseurs font preuve de solidarité. S’ils ne gagnent pas tous les duels, ils sont sérieux et combattifs. On se dirige tout droit vers la mi-temps lorsque sur une faute de marquage, Alvero trop loin, n’empêche pas le centre d’Ito sur Munetsi qui, lui aussi bien seul dans la surface, trompe Lopes de la tête. Terrible ! Dans le temps additionnel, Reims ouvre le score. SdR 1-0 OL à la pause. Au retour des vestiaires, tout le monde se demande comment l’OL peut réagir face à ce nouveau coup du sort ? Fébriles balle au pied, les Lyonnais assurent leurs passes mais cette circulation est beaucoup trop lente pour déstabiliser le bloc rémois. Trop de touches de balle, un manque de prise d’initiative qui laisse penser que l’OL est encore sonné par ce but concédé avant la pause ! Grosso n’attend pas longtemps pour changer Cherki par Nuamah et Tolisso par Lepenant. Des choix forts qui montrent une nouvelle fois sa volonté d’imposer son style de jeu, son refus de voir un joueur la jouer trop solo ou de ne pas faire les efforts défensifs !

Faisant une bonne fixation côté droit (52e), le jeu bascule de l’autre côté, la remise de Tagliafico permet la demi-volée de Caqueret, une reprise hélas trop écrasée. C’est une belle action, la première collectivement bien menée. 61e, sur une récupération haute, Alvero décale Kumbedi dont le tir n’est hélas pas trop dangereux. L’OL ne se décourage pas et continue à être bien en place. Sans réellement prendre en défaut l’arrière-garde rémoise, les Lyonnais ont le mérite de continuer à se battre pour revenir au score. Mais « quand ça veut pas, ça veut pas ! », l’OL voit coup sur coup Baldé sortir sur blessure et, sur une perte de balle de Lepenant, la tête d’Ito est repoussée par Lopes mais Abdelhamid, plus prompt que Diomandé, surgit pour doubler la mise à la 71e ! [SdR 2-0 OL] Chaque erreur, l’OL la paie cash ! Le moral de l’équipe est au plus bas et les Rémois sont tout près quelques minutes plus tard de marquer un 3e but sur une nouvelle erreur défensive ! L’OL est tout près de boire le calice jusqu’à la lie… Comment l’OL pourrait se relever d’une nouvelle défaite ? la 5e en 7 matchs !!! Jeffinho et Henrique peuvent bien remplacer Tagliafico et Kumbedi, l’équipe passer en 4-2-3-1, la physionomie de la rencontre ne change pas. Incapables de réagir, les Lyonnais ne peuvent qu’espérer éviter une défaite plus lourde dans le dernier quart d’heure. Offensivement trop peu dangereux malgré les changements, l’OL ne peut espérer revenir au score…

Avec un seul but dans le jeu en 7 matchs officiels (3 en tout), comment l’OL peut-il espérer remporter un match ? Trop fragile défensivement, il ne peut même pas le plus souvent sauver un nul. L’OL est une équipe malade, il va falloir se retrousser les manches car le premier non relégable au classement est déjà à 4 points ! Le temps presse et les points perdus ne se récupèreront pas !

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :