Skip to main content

En clôture de la 20e journée de Ligue 1, l’OL recevait le PSG devant 5000 personnes… Emmenés par Guimarães et Paquetá, les Gones n’ont pas pu faire mieux qu’un match nul 1-1 après avoir mené pendant 70 minutes. Le récit du match

Reconduisant son 3-4-3 (pouvant se transformer en 5-4-1 en fonction des besoins), P. Bosz avait décidé de faire confiance à une stratégie qui n’avait pas donné en décembre toutes les garanties.

Positionné très bas, l’OL tente en ce début de match de resserrer les lignes et de prendre cette équipe parisienne en contres comme sur cette balle interceptée par Aouar que le Lyonnais conclut par une frappe arrêtée par Navas (5e). Mais la minute qui suit, c’est le PSG qui se met en bonne position. 8e, sur une belle ouverture en profondeur de Guimaraes, Paqueta se retrouve seul devant le but adverse sa frappe croisée trouve le chemin des filets. OL 1-0 PSG.

Avec son bloc, les Lyonnais gênent les Parisiens. Si ces derniers parviennent à conserver la balle par un jeu latéral, ils ne parviennent pas à trouver la profondeur. Le PSG ne réussit à en trouver que lorsque les Lyonnais perdent haut le ballon. Une situation qui laisse nos gones le cul entre deux chaises : ne voulant pas perdre le ballon plutôt que cherchant à créer du danger. 19e, sur un contre rondement mené, Paqueta se retrouve en bonne position mais son tir est stoppé ; de même que celui de Paredes à l’entrée de la surface une minute plus tard. Sans dominer, l’OL parvient à faire quasiment jeu égal en annihilant bien leurs attaques pour le moment.

24e, la claquette de Lopes du bout de doigt sauve l’OL d’une égalisation sur le lob de Marquinhos. Pour les dix dernières minutes de la première mi-temps, le PSG accentue sa domination. Les offensives parisiennes trouvant des décalages, Mbappé crée de plus en plus de danger par ses percussions. Le pressing parisien gêne considérablement la relance de l’OL et la pression tend à s’accroître, les centres et tirs se multipliant devant la cage de Lopes. 42e, la frappe enroulée de Mbappé frôle le poteau d’un Lopes visiblement battu. Mi-temps, OL 1-0 PSG.

Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre ne change pas beaucoup. Les Parisiens gardent le ballon. Par leur pressing, ils tendent à faire reculer le bloc lyonnais mais si le PSG monopolise le ballon, il ne se montre que peu dangereux malgré de multiples centres. Comme en première, l’OL se montre dangereux sur des contres à l’image de cette frappe d’Emerson qui passe à côté (50e). 59e, Dembélé lancé en profondeur rate son duel face à Navas qui repousse l’occasion. Dembélé récupère la balle, la transmet mais le tir est contré. Faisant toujours preuve de solidarité et d’agressivité dans les duels, les Lyonnais parviennent à bien repousser les offensives adverses. Et quand M’Bappé est trouvé en profondeur, il rate l’enroulé de sa frappe (71e). Le jeu des Parisiens est bien trop lent pour déstabiliser la charnière adverse, Lopes n’est que peu sollicité. Cela n’empêche pas Kehrer sur un nouveau centre de trouver le chemin des filets (77e). OL 1-1 PSG… Presque contre le cours du jeu, les Parisiens reviennent au tableau d’affichage.

Par contre, l’OL peut être heureux en voyant le coup franc de Mbappé repoussé par le poteau de Lopes (82e). Sur ce coup, les Lyonnais s’en sortent bien. Et comme à part quelques contres menés par Cherki, l’OL ne se montre plus dangereux (depuis la sortie de Paqueta). On ne voit pas comme l’équipe pourrait faire la décision, les Lyonnais doivent bien se contenter d’un nul au coup de sifflet final. OL 1-1 PSG.

À l’issue de cette 20ème journée, nos Gones pointent à la 11ème place de Ligue 1 à 11 points du podium… Tout est bien-sûr encore possible mais il va falloir cravaché cher fort ! Allez l’OL 🔴🔵

Photos par Icon Sport

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :