Le 4 mars 2000, l’OL affrontait le Red Star en 1/8e de la finale de Coupe de France. À quelques heures d’une nouvelle confrontation, on est revenu sur ce match où Sidney Govou allait crever l’écran..

Au Parc Marville, les Gones s’étaient imposés par la plus petite des marges grâce à la révélation d’un tout jeune joueur, un certain Sidney Govou ! Le jeune Lyonnais, originaire du Puy-en-Velay réussissait (pour sa 3e apparition) ainsi à sauver un OL qui semblait bien mal engagée.

Retour sur le match… Contrairement aux attentes, les pensionnaires de National ne sont pas immédiatement mis sous pression en ce début de rencontre. Le portier audonien, Branger, n’eut à se coucher qu’à la 10e minute sur un ballon envoyé du gauche par Malbranque et s’emparait sans beaucoup de difficultés d’un ballon adressé par Dhorasoo sur le côté droit qu’Anderson ne put maîtriser dans la surface (38e). À la 18e, c’est au tour des Parisiens de se montrer un peu dangereux avec ce tir cadré de Valéri, mais Coupet n’eut aucun mal à s’emparer du ballon. Mais la plus belle occasion de cette première mi-temps revenait sans contexte à Laigle. Après un bon centre d’Uras, Anderson remisait de la tête parfaitement pour Laigle qui, hélas, ne parvenait pas à cadrer son ballon (34e). Le Red Star annihilait bien les Lyonnais en cette première mi-temps et rentrait à la pause sur un score nul et vierge ce qui leur laissait beaucoup d’espoirs pour la suite de la rencontre.

Alors que la seconde mi-temps venait de tout juste de débuter, Malbranque, légèrement blessé, devait laisser sa place à Bak. Les choses ne s’arrangeaient pas pour l’OL puisqu’à la 48e, Fellahi, sur un ballon récupéré dans l’axe, le donnait bien dans le trou pour Doukantie qui s’enfonçait dans la surface et le piquait au-dessus de Coupet… Le Red Star ouvrait le score sur sa première véritable occasion (1-0). Pour revenir au score et éviter une grosse désillusion, Lacombe décidait d’apporter du sang neuf en faisant entrer le jeune Govou (à la place de Linarès) pour les 40 dernières minutes. Cette ouverture du score assomma un peu les Gones et donna des ailes aux Audoniens, Coupet est obligé de s’interposer sur un tir à bout portant de Saci (55e), puis sur une tête de Thiam (58e) et sortait bien dans les pieds d’Akiana (60e). L’OL était passé tout près de la correction. Mais les Lyonnais réagissaient enfin par l’intermédiaire de leur trio Dhorasso-Vairelles-Anderson. Cependant, à l’image du penalty réclamé par Anderson à la 79e, l’OL manquait de réussite. C’est à ce moment-là que surgit le sauveur de l’OL…

Sur un corner bien tiré par Laigle, Govou surgit pour placer un bon coup de tête et égaliser (81e) puis, à peine une minute, sur un nouveau bon ballon adressé par Laigle, le jeune attaquant de 19 ans entra dans la surface, résista à la charge de Thiam pour décocher un bon tir du gauche (82e). Red Star 1-2 OL. En moins de deux minutes, Govou donnait le billet pour les 1/4 de finale aux Lyonnais, l’expulsion de S. Blanc n’y changeant rien…

À la fin du match, pour l’anecdote, les grilles du virage dans lequel se trouvaient les supporters du Red Star se sont ouvertes. Rendant dans un premier temps hommage à leurs joueurs, ils sont venus narguer le virage dédié aux supporters Lyonnais… dont les grilles s’ouvrirent sous la pression. S’en suivit une bagarre de rues avec quelques blessures (heureusement non-mortelles), une chose qui ne risque pas de se reproduire ce jeudi soir…

Photo en Une : Icon Sport (Match amical PSG-OL du 17 juillet 2000 – (Alain Gadoffre / Onze / Icon Sport)

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :