Après le nul du LOSC contre Strasbourg, l’OL avait un bon coup à jouer pour recoller à la tête du championnat. Dans cette optique, Garcia avait remis son XI type (Cornet retrouvant sa place en tant que latéral gauche comme Marcelo, de retour de blessure, en défense centrale). Retour sur ce duel des Olympiques…

Les deux blocs sont compacts en ce début de rencontre, la bataille du milieu est âpre. Les deux équipes s’observent. Prudent, l’OM refuse de trop se découvrir, voulant avant tout rester bien en place défensivement. Si l’OL tend à monopoliser le ballon dans le camp adversaire, les Lyonnais ne parviennent pas à trouver la faille. À part quelques frappes de Paqueta aux 25 mètres (et encore… puisque les tirs ne sont pas cadrés), l’OL ne réussit pas à se montrer dangereux. Sur une transition rapide vers l’avant, les Lyonnais parviennent à trouver sur le côté Dubois qui centre en direction d’Aouar ; ce dernier laisse passer le ballon pour Toko-Ekambi qui place bien sa frappe dans le petit filet opposé (21e). OM 0-1 OL. Sur une des rares sorties, l’OM s’est donc fait punir en contre.

Menés sur leur pelouse, les Marseillais tentent de jouer plus haut. Mais, à part sur la frappe dévissée de Dubois, Lopes reste assez serein sur sa ligne, les tirs de Payet et Thauvin passant assez loin du cadre. À la 30e min. pourtant, les Marseillais tendent à s’installer dans le camp lyonnais, centres et corners se multiplient devant la cage de Lopes. L’OM presse bien, les Lyonnais ont du mal à ressortir proprement le ballon, encore plus à se procurer de nouvelles occasions. Il faut attendre la 37e pour voir un centre de Cornet trouver la tête de Memphis qui, hélas, ne trouve pas le cadre. Ne menant que d’un but, l’OL n’est pas à l’abri surtout que les centres continuent à être dangereux. Sur un nouveau corner, la frappe de Gueye est repoussée par le torse puis le bras de Paqueta, penalty (plus que discutable !). Milik s’élance et trompe Lopes parti du mauvais côté (43e). OM 1-1 OL. Tout est à refaire à la pause.

La rencontre reprend sur un petit rythme, le ballon circulant surtout latéralement. Chaque joueur assure sa passe après avoir fait 3 voire 4 touches de balle. Les blocs restent compacts et les défenses peu prises en défaut. Il faut attendre la 55e pour voir Memphis décrocher une belle frappe qui frôle le poteau de Mandanda. Cette occasion a le don de réveiller offensivement les deux équipes. Tentant d’initier un pressing plus haut, les deux Olympiques gênent la relance adverse et se procurent à tour de rôle quelques bonnes opportunités devant le but adverse. Le match étant équilibré, Garcia tente de faire la décision en faisant entrer Cherki à la place de Toko-Ekambi (65e). L’OL continue d’éprouver des difficultés sur les côtés et à subir des centres quand à la 71e, les Lyonnais se retrouvent réduits à 10 (un second jaune pour Paqueta suite à une faute sur Payet).
Garcia fait alors entrer Guimaraes et de Sciglio (à la place d’Aouar et Cornet), faisant basculer son système en 4-4-1. En infériorité numérique, les Lyonnais subissent. Ils ont du mal à se sortir du pressing adverse et se retrouvent acculés dans leur moitié de terrain. Cherki tente bien quelques percées balle au pied et Memphis, servi en profondeur, réussit même à tromper Mandanda… mais il était hors-jeu pour quelques centimètres (83e). Slimani et Diomandé peuvent bien aussi rentrés en jeu (pour suppléer Kadewere et Dubois), l’OL continue de subir. Dans un match où les Lyonnais n’auront su imposer leur rythme, l’écart entre un OM malade et un OL visant le titre ne se sera pas beaucoup vu. OM 1-1 OL, score final.

Avec ce nul, l’OL voit Monaco fondre sur lui tandis que le PSG lui chipe la 2e place au classement. Mercredi, les Lyonnais devront reprendre leur marche en avant contre Rennes, sous peine de se voir peut-être déchoir du podium…

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :