Après la défaite de Lille à domicile contre Nîmes, l’OL avait un énorme coup à jouer mais, pour retrouver une place de leader, il fallait pour cela s’imposer contre le PSG. Dans cette optique, Garcia avait décidé d’aligner son équipe type en l’absence d’Aouar, Caqueret le remplaçait au milieu (seule surprise Dubois laissait sa place à de Sciglio sur la côté droit)…

Entame prudente de la part des deux équipes, la circulation est lente, le pressing peu efficace. Il faut attendre la 5e minute pour voir l’OL faire un beau mouvement offensif ; sur le contre, Lopes sort le grand jeu avec un arrêt à bout portant. Mais, à part cette double occasion où les blocs se sont fissurés, les deux équipes restent bien en place même si PSG joue plus haut sur le terrain. Les Lyonnais cherchent avant tout à ne pas perdre le ballon trop rapidement, les joueurs assurent leurs passes (le plus souvent latérales en conséquence). Le PSG imprime peu à peu son empreinte sur le match et tente par moment d’accélérer. Sur un bon centre, Marcelo repousse mal le ballon dans sa surface, la reprise de Verrati est bien détournée par Lopes qui ne peut rien sur la second tentative de M’Bappé (15e) OL 0-1 PSG.

Ce but ne change pas la physionomie du match, le PSG fait tourner le ballon attendant une ouverture en profondeur dans le dos des latéraux. À la récupération, les Lyonnais ont quant à eux bien des difficultés à trouver la profondeur, cela manque de projections, d’appels en profondeur… surtout que les joueurs ont peur d’être pris en défaut à l’image de cette frappe de Di Maria qui, heureusement, passe à côté (23e). On sent les Lyonnais craintifs, cherchant à ne pas se faire contrer plutôt qu’à réellement attaquer. Sur un centre, la remise de la tête de Marquinhos permet à Peireira de reprendre le ballon de volée, Lopes est battu (32e). OL 0-2 PSG.

L’OL tente bien de revenir dans la partie en passant par les côtés mais les centres de Cornet manque trop souvent de précision pour être réellement dangereux. À la mi-temps, l’OL apparaît presque résigné, le PSG joue à sa main, contrôle le match et accélère pour planter des banderilles qui font mouche presque à chaque fois. 47e, le coup franc de di Maria et le contre de M’Bappé (52e), (suite à une bonne occasion de Kadewere) scelle la partie. OL 0-4 PSG. Il n’y a plus vraiment de match. Le PSG continue à faire tourner attendant une ouverture. Seul éclair, Slimani réussit d’une belle frappe à l’entrée de la surface à sauver l’honneur (62e). OL 1-4 PSG.

Sinon c’est encore M’Bappé qui met en valeur Lopes avant que Di Maria s’en charge à son tour (70e). Le score aurait pu être bien plus lourd pour nos Lyonnais surtout que sur une belle passe en profondeur, Cornet a la bonne idée de glisser le ballon, hors de portée de Navas. OL 2-4 PSG (81e). Le PSG gère, peut-être heureusement un peu trop et comme les Lyonnais se montrent un peu plus tranchant, Navas se retrouve même à devoir s’employer. Le gardien parisien fait quelques jolies parades devant Slimani ou Caqueret, évitant que le match ne soit véritablement relancé. Les Lyonnais, ayant finalement trop respectés leurs adversaires ce soir, ne se seront lâchés que dans les dernières minutes. Trop tard pour espérer autre chose qu’une nouvelle défaite cuisante sur sa pelouse…

Avec ce nouveau revers, l’OL laisse s’échapper le PSG au classement et voit Monaco revenir sur ses talons (à seulement un point). Dans deux semaines, les Lyonnais se devront absolument de réagir contre Lens sous peine de se voir peut-être déchoir du podium… Allez l’OL !

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :