Avec la victoire de Lille à Bordeaux, l’OL n’avait pas le choix, il fallait gagner absolument pour revenir à deux points du leader…

Pour cela, Garcia a aligné son 4-3-3 avec le trio Guimaraes, Aouar et Paqueta au milieu. En défense, Diomandé remplace Denayer (blessé) et Cornet retrouve son poste de latéral gauche à la place de l’italien de Sciglio.

10e, erreur de Cornet qui remet le ballon dans l’axe, Sammaritano frappe Lopes est battu… heureusement, la balle frôle le poteau côté extérieur. À l’image de cette action, les Lyonnais font trop de fautes techniques pour vraiment mettre en danger Dijon. Le milieu de l’OL exerce pourtant un bon pressing assez haut (qui lui permet de monopoliser 70 % de possession de balle) mais, sans parvenir à trouver les attaquants dans de bonnes conditions. Devant un bloc bas, l’OL a bien des difficultés. Il faut attendre la 17e pour voir Memphis adresser une superbe passe à Aouar qui ne peut conclure, devant un Racioppi bien aidé par son poteau. Et si Memphis ne réussit pas à tromper le gardien dijonnais dans un angle fermé, cette occasion est venue encore une fois d’une attaque rapide (suite à une offensive dijonnais). C’est encore sur une contre-attaque que Toko-Ekambi trouve Paqueta en profondeur. Le milieu brésilien, seul face au but, ne rate pas l’opportunité d’ouvrir le score (22e). Dijon 0-1 OL.

À peine deux minutes plus tard sur un ballon arraché par Guimaraes l’OL est tout près de doubler la mise mais, sur le centre, Toko-Ekambi rate sa talonnade. Un peu gourmand sur ce coup l’attaquant de l’OL… attention de ne pas tomber dans la facilité comme la tête de Sammaritano sur un contre rapide le prouve (27e). Cet avantage au tableau d’affichage permet à l’OL de redescendre d’un cran pour se laisser plus d’espaces en profondeur. Encore faut-il défensivement être solide ? Or, par deux fois Cornet est mis en difficulté sur son côté. Guimaraes, bien agressif dans son rôle de sentinelle, l’aide bien néanmoins. 36e, une nouvelle fois entreprenants sur leur côté droit, les Dijonnais ont une énorme occasion sur laquelle Lopes s’interpose bien. Le pressing sur Cornet le met une nouvelle fois à la faute ; un danger qui contraint l’équipe à redescendre très bas sur le terrain. Les Dijonnais insistent sur ce côté. Il faut attendre la 40e pour voir une nouvelle action digne de ce nom pour l’OL, Aouar trouvant Memphis en profondeur, le crochet de l’attaquant batave lui ouvrant la cage mais sa frappe est contrée. À la mi-temps, l’OL mène 1 but à 0.

Au retour des vestiaires, devant la prestation de Cornet, Garcia décide de faire rentrer de Sciglio à sa place afin de solidifier son couloir gauche. 52e, le centre de Dubois trouve Memphis de la tête, mais Racioppi s’interpose. Le match reprend sur les mêmes bases qu’en première avec une équipe dijonnaise entreprenante sur les cotés. Mais l’OL ne compte pas subir et le bloc équipe s’étire. Des espaces se créent et des opportunités d’un côté comme de l’autre se créent mais le manque de justesse technique empêche souvent les deux équipes de les exploiter. L’OL ne parvient pas à faire la décision et reste sous la menace. Lopes est même contraint de s’interposer pour maintenir le score (65e). Les Lyonnais ne mettent pas assez rythme, de mouvement pour réellement prendre à défaut la défense adverse. Le jeu se cantonne à des passes en « U » sans que les ailiers (ou latéraux) ne prennent leurs couloirs ou que les milieux ne trouvent la profondeur ou ne jouent entre les lignes (du moins trop peu souvent). À l’entame du dernier quart d’heure, avec l’apport de Caqueret, T. Mendes et Slimani, l’OL tient toujours. Et si le centre en retrait de Dubois laisse augurer le meilleur, la défense dijonnaise s’en sort encore une fois sans dommage (78e). Il manque toujours un peu de vitesse, de justesse technique et de spontanéité pour faire la différence à l’image d’un Memphis maladroit en fin de match.

Au coup de sifflet final, l’OL s’en sort, les 3 points acquis (et c’est bien là l’essentiel !) permettent aux Lyonnais de revenir à seulement 2 points de Lille.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :