Après les victoires du PSG et du LOSC, l’OL se devait de faire de même contre le FC Metz à domicile pour retrouver sa place de leader du championnat. Pour cela, Garcia avait remis en place son 4-3-3 classique. Seul De Sciglio remplaçait Cornet à gauche et Caqueret, Aouar au milieu. Hélas en concédant une défaite 0-1, les Lyonnais perdent plus que la première place au classement.

Confronté à un bloc défensif assez bas et compact de sept joueurs, l’OL dés l’entame de la rencontre tente de passer sur les côtés par l’intermédiaire de Kadewere ou Dubois. Mais à part l’obtention d’un corner et d’un coup franc conclus par la tête de Marcelo, les centres manquent de précision. Devant une équipe attendant la moindre opportunité pour se projeter, les Lyonnais se montrent très (trop?) prudents. En ce première quart d’heure, la circulatoire du ballon est trop lente, il n’y a pas assez de mouvements, de rythme et les Lyonnais font trop de touches de balle pour réussir à déstabiliser l’arrière-garde messine. Souvent dos au but, les attaquants lyonnais ont du mal à être servis dans la profondeur. Même lors de la récupération du ballon sur des phases offensives messines (où le bloc est haut), les Lyonnais ne parviennent pas à jouer rapidement vers l’avant. À la demi-heure de jeu, l’OL ne compte qu’un seul tir cadré… un bilan bien insuffisant pour un prétendant au titre.

Il faut attendre la 36e pour voir un bon jeu en triangle permettre de trouver Toko-Ekambi sur la droite mais la frappe de celui-ci est repoussée par Oukidja. Une minute plus tard par deux fois sur un contre, Toko-Ekambi, presque dans la même position, ne trouve pas le cadre… En cette fin de première mi-temps, l’OL semble exploiter enfin les espaces. Les lignes se distendent ce qui donnent plus de libertés aux joueurs des deux équipes – Metz se procure quelques belles positions de frappe et à la 41e, sur un centre-lobe de Boulaya les Messins trouvent le poteau et on peut se demander encore comment la défense de l’OL a pu s’en sortir… Marcelo réussissant un sauvetage énorme sur sa ligne.

51e, sur une remontée rapide du ballon, Kadewere seul face au cage croise trop sa frappe. La seconde mi-temps est repartie sur les mêmes bases que la première s’était terminée. Le ballon navigue rapidement d’un camp à l’autre, des espaces se créent entre les lignes. Les Lyonnais ne maîtrisent pas le match, mais leur technique, les appels dans les espaces leur permettent de se montrer plus dangereux. Seul problème, les offensifs lyonnais concentrent leurs attaques au centre, les côtés ne sont pas assez exploités. Conscient de cette lacune, Garcia fait entrer Cornet à la place de l’italien di Sciglio. 70e, Cornet percute sur son côté gauche, son tir est bien repoussé par le gardien messin. Sur une nouvelle offensive, venue de l’aile droite cette fois, Memphis talonne pour T. Mendès dont la frappe est difficilement repoussée. Toko-Ekambi marque. But ! Non, la VAR l’enlève pour un hors-jeu de quelques centimètres d’Aouar !

Frustré par cette décision, l’OL joue son va-tout… Laissant des espaces énormes dans son dos, l’équipe joue très haut pour faire la décision (Cherki et Slimani entrent en jeu). 83e, sur un contre rondement mené, Memphis sert parfaitement Slimani qui rate sa frappe. 85e, Memphis sur le côté droit déborde la défense, sa frappe est repoussée par Oukidja, le ballon revient sur Slimani qui sert Aouar dont le tir est repoussé à nouveau par le gardien… Mais l’OL n’est pas la seule équipe à se montrer dangereuse en fin de match : Lopes voit un ballon frapper sa transversale sur un tir de Sarr (89e) et sur un contre assassin, Leya Iseka bien lancé en profondeur dribble le gardien lyonnais avant de trouver le chemin des filets (90e). OL 0-1 Metz.

Rendez-vous ce dimanche pour repartir de l’avant et gagner le Derby au Stade Geoffroy-Guichard. Allez l’OL !

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :