Aujourd’hui, nous fêtons les 18 ans du 1er sacre de champion de France de l’OL. Une date historique pour tous les lyonnais ! Devant près de 41(+1)000 spectateurs au Stade de Gerland, les coéquipiers de Sonny Anderson l’emportaient de la plus belle des manières par 3 buts à 1.

Govou ouvrait le score à la 9ème minute. Philippe Violeau doublait la marque au quart d’heure de jeu d’une volée en pleine course. A la 27ème minute, Jacek Bak réduisait le score en crucifiant Greg Coupet d’un tir au ras de terre. La partie était alors « presque » relancée. Après la pause, Pierre Laigle inscrivait le but du 3-1 en lobant Guillaume Warmuz, le gardien lensois.

À la 94ème minute, l’arbitre du match Gilles Veissière libérait le peuple lyonnais en sifflant la fin du match et en scellant le premier sacre lyonnais de son histoire. L’OL est donc champion de France et basculait dans une nouvelle dimension et une nouvelle ère. Les joueurs peuvent fêter le titre avec leurs milliers de supporters sur la pelouse du Stade de Gerland.

L’OL champion de France : la fête à Lyon

Une belle communion entre les supporters et les joueurs qui s’est prolongée jusqu’à l’Hôtel de ville. Un titre historique, le premier d’une très longue série….Ce match intense et inoubliable restera assurément gravé dans les mémoires lyonnaises. MERCI L’OL !

Ma plus belle émotion avec l’OL ? Sans hésitation, le 4 mai 2002. J’ai eu la chance d’être en Virage Sud Supérieur à Gerland lors de OL-Lens, le match du premier Titre. Le stade vibrait, j’ai jamais connu une émotion similaire ! Et le soir même, on s’est tous retrouvés sur la pelouse à la fin du match pour célébrer le Titre. J’avais même gardé un peu de pelouse de Gerland. Un souvenir unique ! Comme mon aventure à Koh-Lanta, je le raconterai à mes enfants.

Alban PELLEGRIN de Koh-Lanta

Je m’en souviens très bien. À l’époque, je bossais à Europe 2 à Paris. D’ailleurs, je démarrais toutes mes émissions par “Il est 21h au Stade de Gerland à Lyon et dans toute la France”. Ça fait alors plusieurs jours que je pense H24 à ça et que j’ai peur aussi. Je suis descendu à Lyon et là c’était une folie. J’étais comme un gosse, à tourner en rond, à chercher à avoir des infos sur le XI de départ, etc. Et puis, au stade, le moment de joie intense à la fin du match à communier avec les joueurs sur la pelouse !

Dans la nuit après le match, j’ai continué dans une boîte des Brotteaux en compagnie des joueurs et du trophée. Un peu éméché, je sors à l’extérieur en emportant le trophée et personne ne me dit rien. Et là, c’est Thierry Braillard qui m’a raisonné en me disant : “Mais qu’est-ce que tu fais ?”, je lui ai répondu : “Bah je ramène le trophée au studio à Europe 2 !” et lui “Allez fais pas le con, reviens.” (rires).

Barth RUZZA

Le 4 mai 2002, Stade de Gerland, 41(+1) 000 spectateurs
Arbitre : M. Veissière.
OL : Coupet – Chanelet, Cacapa, Müller, Bréchet – Violeau, Juninho (Carrière 65ème), Linares, Laigle – Anderson (cap) (Laville 90ème), Govou (Delmotte 81ème). Entraîneur : Santini.
Racing Club Lens : Warmuz – Bak (puis Coridon 46ème), Coulibaly (puis D. Traoré 60ème), Wallemme, Ismaël, Coly – Blanchard, Sibierski, Pédron – Diouf, Moreira. Entraîneur : J. Muller.

Photo par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Coeur de Gone

Coeur de Gone

Coeur de Gone est un blog dédié aux supporters lyonnais. Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux.

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :