Disposé en 4-2-3-1 avec la surprise Cherki à la place de Traoré, l’OL n’a pas voulu se contenter de défendre avec quatre joueurs à vocation offensive (avec le trio Terrier – Aouar et Cherki en soutien de Dembélé) au coup d’envoi.

Dès l’entame de la rencontre, les Lyonnais essaient de ne pas trop subir en tentant de jouer haut. Sur un bon décalage côté gauche, Terrier crochète pour s’ouvrir le but, d’un bon ballon enroulé est tout près de trouver le cadre à la 6e. Le pressing de l’OL est bon quand à la 8e, T. Mendès récupère un ballon dans les pieds de Veratti et décale Aouar qui ne peut profiter de l’opportunité. Les Lyonnais sont bien rentrés dans cette partie et gênent la relance parisienne. Le problème avec cette stratégie, c’est les espaces laissés dans le dos des défenseurs. 14e, Di Maria percute et adresse un bon ballon en pleine course à Mbappé, heureusement Lopes veille. Au bout d’un quart d’heure, si l’OL perd du terrain au milieu, l’équipe reste compacte et appliquée à la récupération. Mais le PSG ayant de grandes individualités, cela ne suffit pas. Di Maria, à la 22e, le prouve : dans un solo balle au pied, il élimine Marçal avant de trouver le chemin des filets de Lopes (1-0). L’emprise du match par les Parisiens se poursuit après ce but, s’amplifie même. L’OL se retrouve peu à peu acculé dans sa moitié de terrain sans véritable ballon offensif à exploiter, l’équipe se contente de défendre et de résister aux assauts de Mbappé, Di Maria ou Icardi. 35e Icardi pique un ballon au-dessus de Lopes, heureusement, l’attaquant du PSG était hors-jeu. Toujours 1-0 mais l’OL souffre. Hélas, à la 38e, Mbappé n’est pas hors-jeu pour piquer son ballon devant un Lopes sorti à sa rencontre. PSG mène 2-0. Et sur une mauvaise relance de Rafael, Icardi est tout près d’adresser une passe décisive à Mbappé mais, aux soulagements des supporters de l’OL, il était hors-jeu. Si l’OL se bat avec courage, force est de constater que les deux équipes ne jouent pas dans la même catégorie en cette première période.

Au retour des vestiaires, Marcal marque… contre son camp. L’OL est mené 3-0 et est tout près de sombrer. Heureusement sur un 1-2 aux abords de la surface parisienne, Terrier réduit le score (3-1). Tete et Toko-Ekambi peuvent bien remplacer respectivement Marçal et Cherki, on ne voit pas comment l’OL pourrait renverser la situation. Eh bien, on se trompe ! 59e, sur une récupération de Tete, Toko Ekambi trouve en retrait Dembélé qui double la mise pour l’OL.

Les Lyonnais ne sont plus menés que par un but d’écart. À force de vouloir gérer son avance au tableau d’’affichage, le PSG a laissé son adversaire revenir dans le match et prendre confiance. Sur une nouvelle récupération haute et un joli jeu en triangle, Dembélé est à nouveau trouvé dans la surface…. Malheureusement, il rate cette fois le cadre (62e). En dix minutes, l’OL a failli renverser la situation et revenir au score ! Les Lyonnais, dès qu’il récupère un ballon, se projettent vite vers l’avant et cassent les lignes. Défensivement, ils continuent à subir mais, comme le roseau, continuent à résister aux vagues offensives adverses parfois avec un peu de réussite comme sur cette frappe de Mbappé qui vient s’écraser sur la barre transversale (69e). Les Lyonnais restent dans le match et peuvent espérer égaliser… jusqu’à la rentrée en jeu de Cavani. À peine sur le terrain, bien servi par Di Maria, l’attaquant uruguayen trouve le cadre et trompe Lopes à la 80e (4-2). Et l’addition aurait pu être encore plus salée en fin de match quand Rafael s’interpose de manière litigieuse dans la surface ou quand Lopes est obligé de s’interposer dans le temps additionnel sur une frappe qui prenait le chemin des filets.

4-2, score final. L’OL s’en sort avec les honneurs sur ce match. Par contre, avec cette nouvelle défaite (la 9e en championnat), sa situation comptable reste bien préoccupante.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :