Après une qualification en coupe de France, l’OL pouvait espérer avoir retrouvé un peu d’allant et de confiance… Peine perdue, l’équipe n’aura pas réussi à enchaîner. Malgré une ouverture du score de Traoré, l’OL se sera fait rejoindre juste avant la pause. Incapable d’être décisif en seconde, il peut même être heureux de ne pas avoir concédé une nouvelle défaite au coup de sifflet final.

Défensivement, les Lyonnais ont fait preuve de beaucoup de fébrilité. Si la charnière centrale s’est montrée assez sereine, les latéraux se sont révélés parfois en souffrance, pris dans leurs dos. Plus grave, le milieu de terrain s’est souvent laissé transpercer. Si Mendès a colmaté les brèches et Caqueret fait preuve de volonté dans les duels (récupérant tout de même pas mal de ballons), le milieu n’a pas réussi à faire bloc. À part cinq ou dix minutes avant le but de Traoré, les Lyonnais n’ont jamais réussi à mettre en place un pressing efficace pour faire reculer le bloc strasbourgeois et le mettre en difficulté. Pourtant, on ne peut pas dire que Strasbourg était venu pour s’imposer. Jouant assez bas, leur objectif était surtout de conserver le point du match nul ! Et malgré les maigres velléités offensives adverses, l’OL a concédé un nouveau but sur une erreur de placement, Zohri servi dans le dos des défenseurs a pu tromper Lopes. Le hors-jeu signalé au départ étant finalement retiré avec la VAR… À la mi-temps, on pouvait se dire que c’était peut-être un peu sévère pour la défense lyonnaise mais pas à la fin de la rencontre car, prenant confiance, les Strasbourgeois tentent les coups à fond en fin de seconde période. Lala frappe heureusement le poteau et sur un centre, Djiku a la bonne idée de s’emmêler les crayons pour mettre le ballon à côté des cages… pourtant vide. L’OL s’en tire au final presque bien en ne concédant qu’un seul but. La défense lyonnaise reste beaucoup trop friable, concédant au minimum 3 ou 4 grosses occasions par match.

Au niveau de la circulation du ballon, l’OL a fait une nouvelle fois preuve de beaucoup trop de lacunes. Récupérant souvent très bas le ballon (dans ses trente mètres), les milieux ont eu toutes les peines du monde à le faire remonter sur le terrain. Si Marcal, en première surtout, a tenté de prendre son couloir pour apporter des solutions, Tete et les milieux ont eu du mal à se projeter vers l’avant pour trouver des intervalles. Multipliant les touchers de balle et les passes latérales, le jeu de l’OL s’est révélé beaucoup trop statique et lent pour déstabiliser le bloc strasbourgeois. Aouar n’a tout simplement pas réussi à organiser le jeu. S’enferrant dans des dribbles solitaires, il n’a jamais trouvé l’ouverture. De même, Caqueret, sur lequel on comptait beaucoup (trop?), s’est révélé bien trop maladroit balle au pied pour créer du lien entre le milieu et l’attaque. Un jeu en ‘‘U’’, qui n’a jamais permis de surprendre son adversaire, n’a en plus jamais pu mettre les attaquants lyonnais dans les meilleures conditions offensives.

Si en première les montées de Marcal ont réussi à créer des décalages sur le côté gauche, permettant à Cornet ou au latéral Brésilien d’adresser des centres en direction de Traoré (dont une de ses têtes a abouti au but), les Lyonnais n’ont jamais réussi à trouver de la profondeur. Les attaquants, le plus souvent servis dans les pieds, ne se sont que peu procurés d’occasions de but. Hormis les deux coups de tête de Traoré, seul Cornet a réussi à s’en créer une véritable… (malheureusement en bout de course, il n’a pu cadrer sa reprise) voire Tete sur une frappe dans un angle un peu fermé. C’est trop peu pour une équipe qui vise le haut du tableau.

Trop d’approximations, de manques individuels et collectifs… empêchent l’OL d’espérer mieux qu’une place dans le ventre mou du classement. Malgré le « formidable niveau tactique » de son entraîneur (dixit JMA), les joueurs ne montrent pas leur talent supposé. À eux de se remettre en question, de faire plus d’efforts et de jouer plus simples s’ils veulent vraiment s’en sortir et honorer le maillot que tous les supporters chérissent.

Photos par Icon Sport,

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :