Pour cette seconde confrontation contre les Aiglons en moins de trois jours, Garcia avait décidé de revenir vers un système plus classique en 4-3-3 tout en intégrant le retour de nombreux joueurs laissés au repos au coup d’envoi lors du match de coupe (Marçal, Denayer, Aouar, T. Mendes, Caqueret, Toko-Ekambi). Mais ce choix ne se sera pas révélé payant, les Lyonnais concédant une défaite à Nice (leur 8e en championnat)

Mettant en place un pressing haut, l’OL gêne dès l’entame de la rencontre la relance niçoise sans réussir à mettre en danger Bénitez (à part la frappe de Caqueret à l’entrée de la surface à la 8e), les Lyonnais s’installent dans le camp adverse (5 corners en moins de 20 min !). Leur emprise sur le match est telle qu’ils obligent l’OGCN à reculer et à se replier sur ses cages. Sur une belle remise de Rafael, Caqueret se projette bien, il remise vers Toko-Ekambi qui frappe mais Bénitez est sur la trajectoire.

Sur la relance, Marçal, pris dans la profondeur, commet une faute à l’entrée de la surface. Carton rouge ! Alors que l’OL semblait avoir le match en main, ce fait de jeu change complètement la physionomie de la rencontre (25e). Les Lyonnais sont mis à mal, les Niçois se révélant beaucoup plus dangereux, grâce aux appels, en profondeur de Boudaoui et aux centres d’Ounas. À la 30e, sur une frappe niçoise détournée par Denayer, Tatarusanu ne peut que repousser le tir ; Dolberg, plus prompt que les défenseurs lyonnais, reprend le ballon pour le mettre au fond des filets (1-0).
À la 42e, heureusement, Tatarusanu a la main ferme sur une nouvelle frappe de l’avant-centre niçois comme sur celle de Claude-Maurice une minute plus tard. Pour autant, même si l’OL est mis en difficulté par les aiglons, l’équipe fait plus que se défendre. Aouar se lance dans un solo sur le côté, sa frappe est reprise par Toko-Ekambi qui égalise (1-1). Énervés par cette égalisation, les Niçois (Ounas pour être plus précis) tombent dans la provocation de Marcelo, Nice et l’OL se retrouvent aussi à égalité… numérique cette fois.

La seconde période démarre tambour battant, le ballon circule d’un camp à l’autre, les espaces s’ouvrent avec les deux acteurs en moins. Malgré sa disposition en 4-4-1, les Lyonnais ne parviennent pas à remettre le pied sur le ballon. Claude-Maurice à la 55e repique au centre pour frapper juste à côté des cages. Ouf ! Car sur ce coup, Tatarasanu semblait battu. Mais après cette occasion, l’OL remonte d’un cran et en resserrant les lignes parvient à récupérer plus haut le ballon. Moins mis en danger défensivement, les Lyonnais peuvent à l’image d’Aouar trouver des positions de frappes.

C’est au moment où l’OL semble prendre l’ascendant que, sur un centre fort de Boudaoui, Dolberg passe devant Marcelo pour couper la trajectoire du ballon et permettre à l’OGCN de prendre l’avantage à la 64e (2-1). Rageant !
Aouar a beau percuter, l’OL ne parvient pas à revenir au score. Garcia tente alors le tout pour le tout en faisant entrer Traoré à la place de Cornet (repositionné latéral gauche depuis l’exclusion de Marçal). 74e, Dembélé adresse un ballon en profondeur pour Têté qui seul face à Bénitez, rate sa reprise de volée. Laissant beaucoup d’espaces dans son dos, cela sent le KO. Nice se recroqueville dans ses 20 m autant pour préserver son avance que pour pouvoir lancer un contre. Tousart est touché dans la surface (80e) sans que l’arbitre ne bronche… L’OL pousse encore et les corners se multiplient devant la cage de Bénitez. Et comme Tatarusanu est sauvé par son poteau, l’OL peut encore y croire lorsque Marcelo s’élève et reprend de la tête un ballon qui, hélas, frôle la cage niçoise. 2-1 pour Nice, score final

L’OL voit Rennes s’envoler après sa victoire contre Nantes en championnat. À plus de 7 pts (et devant bientôt affronter le PSG au Parc) de la 3e place, les Lyonnais vont devoir faire un sans-faute pour retrouver la Ligue des Champions la saison prochaine.

Photos par Icon Sport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :