Après une nouvelle déconvenue en Russie mercredi dernier, l’OL continue son parcours en mode alternatif en réussissant à s’imposer aux forceps à Strasbourg.

Dans la semaine, Juninho a mis en cause les joueurs et Garcia a fait appel à un sursaut mental pour galvaniser ses joueurs. Mais est-ce seulement un aspect mental qui explique cette irrégularité dans les résultats ? N’est-ce pas la cause tout simplement du niveau des joueurs ?

Défensivement, à part Lopes toujours irréprochable et capable comme hier de nous sauver (son arrêt devant Ajorque à la 40e est LE tournant du match), on ne peut pas dire que notre défense dégage une grande sérénité. Les latéraux sont souvent pris dans leur dos ou, à l’image d’Ounas, pris trop régulièrement par la vivacité de leurs adversaires. Que ce soit Koné, Marçal ou Dubois, aucun ne semble complètement s’imposer défensivement. Et que dire de la charnière centrale depuis le début de la saison ? Si Denayer fait le job, son partenaire, que ce soit Andersen ou Marcelo, ne dégage pas beaucoup d’assurance. L’un et l’autre font des erreurs dans le marquage (Marcelo, mercredi encore) ou sont pris dans les duels… Andersen avait été recruté pour consolider cette charnière, « force est de constater » (pour reprendre la formule de R. Brikh) que pour le moment c’est un échec cuisant. L’OL continue d’encaisser un ou deux buts par match ! Pourtant, on ne peut pas dire que Tousart ne se démène pas au milieu pour récupérer des ballons, mais on a trop souvent l’impression qu’il est bien seul pour écoper.

Dans la circulation du ballon, l’OL pouvait s’appuyer sur des joueurs de talents la saison passée (Mendy, N’Dombélé et Fékir) qui par leur puissance et leur technique fluidifiaient le jeu. Mais aujourd’hui ces joueurs sont partis et comme Tousart ne sera hélas jamais « Tousarinho » (sic), l’OL est devenu trop dépendant de quelques joueurs pour organiser son jeu (Aouar, Memphis en tête). Andersen recruté pour sa technique n’éclaire pour le moment pas le jeu par des transversales bien senties et Mendès est pour le moment trop souvent l’ombre du joueur qu’il a été à Lille… Nos adversaires le savent et régulièrement, comme Strasbourg hier, nous pressent haut pour mettre en difficulté notre charnière défensive. Trop souvent empêtrés avec le ballon, les Lyonnais perdent le ballon et se retrouvent à devoir reculer. Que les supporters en soient à espérer une entrée de Caqueret ou de Cherki est un signe manifeste que les tauliers ne remplissent pas leur rôle en milieu de terrain.

Au niveau offensif, l’OL s’appuie presque exclusivement sur le talent de ses joueurs offensifs. Memphis, grâce à ses percussions, est capable de faire la décision tout seul, de même qu’Aouar sur ses prises de balles de déstabiliser la défense adverse pour créer des brèches… Enfin Dembélé se révèle particulièrement adroit au vu des ballons qu’on lui fournit dans la surface. Car le constat est une nouvelle fois accablant, l’OL ne se procure que trop peu d’occasions. Contre le Zénith, le potentiel offensif a tourné à vide. Sans la présence de ses deux joueurs les plus techniques, les Lyonnais n’ont jamais réussi à se procurer de véritables occasions (d’après les ExpGoals, l’OL aurait dû marquer moins de 0,5 but!). Si l’OL, depuis l’arrivée de Garcia, utilise enfin les couloirs, leur exploitation est le plus souvent catastrophique… Que ce soit Dubois, Marçal ou Koné voire Traoré, les joueurs sont incapables d’adresser plus d’un ou deux bons centres dans un match. C’est presque une énorme surprise de voir hier Cornet trouver JR Adelaïde sur l’un d’eux et permettre à l’OL de marquer le second but. Les lacunes techniques des latéraux comme des offensifs pour passer balle au pied leurs adversaires, empêchent notre club d’être dangereux collectivement. Si on enlève les deux premiers matchs de la saison, l’attaque lyonnaise n’a réussi qu’à marquer 1,1 but par match (1,2 avec la LdC). On est loin des résultats espérés par un club du standing de l’OL

Alors l’OL peut bien changer d’entraîneur, faire appel à un « sursaut » mental pour galvaniser les joueurs… le véritable problème est peut-être à trouver auprès de la cellule de recrutement et de la gestion sportive du club. On ne peut pas sans cesse payer cher des joueurs moyens tout en vendant nos meilleurs éléments sans que le niveau de notre équipe s’en ressente.

Photos par IconSport.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :