Ce mardi au Groupama Stadium, les Lyonnais avaient l’occasion d’emmener ses supporters au Stade de France pour vivre une Finale de Coupe de France. Mais comme trop souvent, l’OL n’a pas su gérer ce rendez-vous et s’incline face au Stade Rennais de Clément Grenier.

Comme au match précédent contre Rennes, Genesio a décidé de reconduire son 4-4-2 avec un milieu en losange. Seuls Traoré et Marçal remplacent poste pour poste Memphis et Rafael.

Dès la 4e min., Niang bien servi par un centre en retrait, oblige Lopes à sortir vite dans les pieds de l’attaquant rennais. Une première alerte sans conséquence. À part Fekir sur une jolie frappe aux 25 mètres, l’OL n’est pas très dangereux en cette entame de match. Les Lyonnais ont du mal à mettre en place leur jeu, les Rennais sont plus agressifs sur le porteur du ballon et tendent à s’imposer au milieu. Subissant l’impact physique des Bretons, les Lyonnais sont contraints de reculer et éprouvent de plus en plus de difficultés à ressortir le ballon. Et quand Marcelo adresse une superbe passe en profondeur en direction de Dembélé, ce dernier rate hélas son contrôle. Sinon… eh bien, c’est plutôt les Rennais qui se révèlent les plus dangereux en multipliant les centres et les tirs lors de cette première demi-heure. Paradoxalement, au moment où l’on sent l’OL plus serein (avec un tir de Fekir à la 34e et surtout, suite à une belle percée de Ndombele, à une nouvelle frappe du capitaine lyonnais stoppée par Koubek à la 36e), c’est Rennes qui ouvre le score par l’intermédiaire de Niang qui est plus prompt pour reprendre un centre venant de la droite et tromper Lopes. Rennes ouvre le score à la 40e min. et on ne peut pas dire que cela soit immérité. Dembélé a beau se battre pour récupérer un ballon et centrer, le manque de mouvements et de présence devant le but empêche l’OL de revenir au score avant la pause. OL 0-1 Rennes à la mi-temps.

À peine l’arbitre siffle le coup d’envoi de la deuxième mi-temps que Traoré d’une belle frappe du gauche égalise (1-1). L’OL est revenu avec d’autres intentions en cette seconde période. Aouar puis Fekir, à peine quelques minutes plus tard, voient respectivement leur tir flirter avec les montants rennais. Les Lyonnais font preuve ENFIN d’agressivité dans les duels, ce qui leur permet de mettre le pied sur le ballon. Enfin, l’équipe semble avoir compris qu’elle jouait un match pouvant lui permettre de disputer une finale de Coupe de France ! L’OL semble prendre le dessus mais, comme en première, c’est à ce moment-là que l’équipe concède un nouveau but, par l’intermédiaire de Benjamin André suite à un corner (1-2). Après ce but, le match devient un peu fou comme un véritable match de coupe en fait… 64e, Niang est tout près de plier le match mais sa reprise passe à côté. Ben Arfa, quelques minutes plus tard, se procure à son tour une belle opportunité, sans plus de réussite. Et quand Dembélé égalise sur penalty à la 74e, on se dit que le match est en train de tourner en faveur des hommes de Génésio (2-2). Mais, une nouvelle fois, les espoirs des supporters de l’OL seront déçus puisque ce sont les Rennais qui se révoltent. Bourigeaud est le premier à se mettre en valeur mais c’est Bensebaini qui trouve l’ouverture sur un énième centre rennais (2-3). On joue la 81e minute et il reste encore 10 minutes à l’OL pour renverser la vapeur. En vain !

Sous les sifflets de leurs fans et devant un Genesio ayant sûrement eu l’impression de se faire lâcher par ses joueurs, l’OL sort une nouvelle fois de la coupe par la petite porte.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :