[ASM 2-0 OL] L’OL retombe dans ses travers

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce dimanche en clôture de la 26ème journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais a encore perdu des points en s’inclinant logiquement face à l’AS Monaco 2-0. Auteurs d’une énième piètre prestation, les Lyonnais pointent désormais à 5 points du dauphin lillois. Retour sur ce match

Entame dynamique de la part des Monégasques dès les premières minutes du match. Mis sous pression, les Lyonnais ont du mal à ressortir proprement le ballon et reculent. Le milieu est immédiatement mis en difficulté alors même que Genesio l’a densifié en disposant son équipe en 4-3-3 (Tousart prenant la place de Fekir dans le dispositif habituel ; Terrier et Marçal ne faisant que du poste pour poste avec Memphis et Mendy).
9e min. sur une récupération très haute, Falcao d’une retournée acrobatique s’illustre. Pour l’OL… il faut attendre la 15e min pour voir l’équipe réussir à construire une phase collective un tant soit peu aboutie, la dernière passe ne trouvant pas hélas Dembélé en profondeur. L’OL souffre et reste acculé dans sa partie de terrain. Et sur une action rapidement menée sur le côté gauche, Martins est trouvé dans l’axe. Sans être attaqué, il peut se retourner et inscrire d’une frappe tendue le premier but de la rencontre. 1-0 pour l’ASM, l’OL est bien mal embarqué dans cette rencontre.

Malgré ces trois milieux de terrain, les Lyonnais ne parviennent pas à mettre le pied sur le ballon et à trouver des transmissions milieu – attaque. Sur une nouvelle perte de balle, Dubois est pris de vitesse par Lopes qui trompe son homonyme lyonnais d’une frappe croisée dans le petit filet opposé. Même si Monaco fait preuve de réalisme, le score apparaît assez logique au vu de la physionomie de la rencontre. Plus grave pour l’OL, après la blessure de Marçal, c’est Terrier qui sort sur blessure à la 39e (obligeant Genesio à faire déjà deux changements). Seul un coup franc pour une faute sur Ndombele permet à l’OL de se créer une occasion, Marcelo dévissant hélas sa reprise.

Avec deux buts de retard à la pause, on ne voit pas comment l’OL pourrait revenir face à une équipe monégasque plus agressive dans les duels et techniquement plus juste. Les Lyonnais doivent hausser leur niveau de jeu s’ils veulent s’en sortir surtout que l’ASM a décidé de reculer d’un cran et d’attendre le contre. Si l’OL se procure bien quelques opportunités, il n’apparaît pas trop dangereux et c’est encore Monaco qui se procure les meilleures opportunités comme sur cette frappe de Falcao à 58e qui frôle le poteau gauche de Lopes. Une nouvelle fois battus dans l’agressivité, les Lyonnais ont encore perdu un ballon dans leur moitié de terrain. 61e min, sur corner, Denayer s’élève mais ne parvient pas à rabattre le ballon de la tête. Sinon, sans beaucoup d’imagination, ni percussion au milieu (je sais, je me répète!), l’OL se révèle toujours aussi impuissant à l’heure de jeu. Et quand enfin, on se dit que l’OL va avoir une occasion, c’est un hors-jeu qui annihile ses chances (67e). En jouant plus direct, l’OL réussit enfin à se sortir du pressing adverse surtout que Monaco commence un peu à baisser de pied physiquement et a du mal à passer en phase défensive à la perte de balle. Quelques minutes plus tard, sur une bonne passe en profondeur, Dembélé face au but se fait sécher par Glik. Penalty que malheureusement Memphis ne parvient à marquer, Subasic réalisant alors son premier véritable arrêt du match (71e).
Devenu plus prudent après ce penalty, Monaco se projette moins vers l’avant laissant enfin à l’OL de l’espace au milieu. Mais Cornet peut bien rentrer à la place d’Aouar (81e) et l’OL rebasculer en 4-2-3-1, les Lyonnais ont laissé passer leur chance. Subasic se couche bien sur une frappe de Traoré à la 88e, la messe est dite. Monaco l’emporte sans trembler 2-0 face à une bien terne équipe lyonnaise.

L’OL perd encore des points sur ses concurrents dans la course à la 2e place ; heureusement le LOSC et l’OM n’auront pas réussi à faire mieux qu’un nul… On se rassure comme on peut !

Partager

À propos de l'auteur

Avatar

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Laisser un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :