[TFC 2-2 OL] L’OL fait du surplace…

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

À quelques jours d’un derby ultra-important, l’OL se déplaçait ce mardi à Toulouse pour affronter le TFC. Une nouvelle fois décevants, les Lyonnais ont encore laissé des points après avoir été menés 2 buts à 0. Retour sur le match.

On ne prend pas les mêmes mais on recommence en 3-4-3. Marçal, Marcelo, Fekir et N’Dombélé sont laissés au repos ou sur le banc ; Morel, Solet, Tousart et Cornet font leur retour dans le 11. Une équipe un peu expérimentale en défense mais Genesio  prépare aussi le derby de dimanche.

Les hommes changent mais les carences demeurent. Peu de rythme, pas de mouvements en ce début de rencontre, le ballon ne fait que circuler latéralement sans jamais qu’il soit lancé dans la profondeur. Après Strasbourg, Genesio mettait en exergue les insuffisances dans le jeu collectif mais depuis aucune amélioration n’est constatée. Les deux équipes s’observent mais cela n’empêche pas l’OL d’être mis en danger. Sur un corner mal repoussé, la frappe puissance de Durmaz ne laisse aucune chance à Lopes qui ne peut que détourner la balle dans ses filets. On joue la 12e min. et l’OL est déjà mené 1-0 au Stadium. L’OL tente bien de prendre le jeu à son compte mais entre les erreurs techniques et le manque de mobilité, l’équipe n’y arrive pas. Le jeu des Lyonnais est toujours trop stéréotypé pour réussir à franchir le bloc défensif adverse. Il faut attendre la 20e min pour voir, sur un coup franc, Memphis adressé un beau ballon à Aouar qui, hélas, n’est pas précis de la tête. Au final, c’est Toulouse qui se montre encore le plus dangereux sur des contres comme sur cette frappe de Jean (27e) bien captée par Lopes. Reynet continue de passer une soirée tranquille… Seuls Mendy par ses appels apporte des solutions ou Memphis, par quelques passes bien senties, mais Traoré ne trouve pas la réussite sur ses opportunités en fin de première mi-temps.

Au retour des vestiaires, on ne sent pas l’OL revenir avec de meilleures intentions. C’est d’ailleurs encore Toulouse qui se révèle le plus dangereux. Que peut bien espérer l’OL ? Qu’un des centres de Mendy trouve enfin preneur (ce qui semble loin d’être gagné au vu du manque de présence dans la surface!) ou compter sur un éclair de génie de Memphis… À la 55e, c’est ainsi Memphis qui s’illustre en trouvant Denayer d’une belle ouverture, ce dernier remet de la tête pour Aouar, malheureusement, pas plus en réussite qu’en première période. Devant les carences du système et de l’équipe, Genesio se décide à changer son fusil d’épaule à l’heure de jeu. Solet et Tousart sortent pour laisser leur place à N’Dombélé et Fekir. Ces deux remplacements sont complétés quelques minutes plus tard par la sortie de Cornet pour Dembélé pour permettre à l’équipe de passer en 4-2-3-1. Mais cela n’apporte pas immédiatement le résultat escompté, bien au contraire. 74e sur un contre, Denayer touche le ballon de la main : penalty, transformé par Durmaz, 2-0 pour le TFC. Le cauchemar se poursuit pour l’OL et ses supporters. Est-ce que ce but va enfin susciter une réaction d’orgueil ? Dès la remise en jeu, Fekir adresse une belle balle en profondeur que Dembélé pique bien, l’OL réduit l’écart et n’est plus mené que 2-1 (75e). Le ballon passe d’un camp à l’autre et le match devient un peu plus rythmé, les attaques prenant le pas sur les défenses. L’OL, enfin, percute et provoque balle au pied ce qui lui permet d’obtenir des coups de pied arrêtés. Sur un nouveau coup franc, Fekir brosse bien son ballon qui va se loger dans la lucarne (87e). 2-2, l’OL a refait son retard en moins de 12 minutes. Les Lyonnais poussent dans le temps additionnel pour obtenir la victoire mais, malgré les têtes de Dembélé, ils sont bien obligés de concéder un nouveau match nul.

Jouer 1/4 d’heure ne suffit pas pour gagner même contre Toulouse, l’OL devra s’en souvenir pour s’éviter de nouvelles désillusions. Dimanche, les supporters ne seront pas aussi compréhensifs…

Partager

À propos de l'auteur

Avatar

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Laisser un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :