L’OL signe son 2ème plus mauvais démarrage depuis 5 ans

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Depuis le début de saison, on entend tout et son contraire à propos de l’Olympique Lyonnais. Pour caricaturer, par moment, tout va bien, l’OL est un ogre, et Genesio un génie. À d’autres moments, tout va mal, l’OL est trop jeune, et Genesio un incompétent. Mais que disent les chiffres ? Comment situer le début de saison par rapport aux précédents ? L’OL est-il dans ses temps de passage ? Décryptage.

Alors que près d’un quart du championnat s’est déjà écoulé, l’OL navigue à la 6e place du classement, après avoir pourtant été à la deuxième place au soir de la 7e journée. Sixième du championnat, est-ce inquiétant, alors qu’il reste 29 matchs à disputer ? Non. Lorsque l’on regarde le classement au bout de neuf journées ces cinq dernières années, l’OL ne fait jamais mieux que la sixième place ! En effet, l’OL a toujours pointé à la sixième place au bout de neuf journées, hormis en 2016, où les Gones tombaient à la 8e position. Jusque-là, donc, rien d’inquiétant.

Conclusion : L’OL n’est pas en retard sur les dernières saisons, en terme de place au classement.

Si le passé récent nous faire dire qu’il ne faut pas s’inquiéter de la position au classement, regardons alors le nombre de points. En neuf rencontres, l’OL a pris 14 points. Soit un rythme d’1,5 point par match. Loin du 2,1 points par match de la saison dernière. Mais est-ce inquiétant ? Pas vraiment non plus. Depuis cinq ans, au bout de neuf journées, l’OL tourne toujours entre 13 et 16 points. Mais lors des deux dernières qualifications en Ligue des Champions, en 2015/2016 et 2017/2018, l’OL avait, à la même époque, respectivement 15 et 16 points. L’OL 2018/2019 est donc légèrement en retard sur ses temps de passage qui lui permettent, à la fin de la saison, d’être qualifié en Champions League. Il faut remonter à 2014 pour voir l’OL démarrer avec 14 points (ou moins) en 9 matchs, et finir finalement deuxième du championnat. Problème, l’OL n’avait, celle saison là, pas de Coupe d’Europe à disputer. Un changement de taille.

Conclusion : L’OL est en retard sur ses temps de passage en terme de points, si l’on prend comme repères les deux dernières saisons où le podium était atteint en fin d’exercice.

Les points, c’est une chose, mais l’objectif de l’OL, c’est bien de se qualifier en Ligue des Champions. Regardons alors l’écart qui sépare le club lyonnais de la deuxième place, dernière position directement qualificative pour la Ligue des Champions. Aujourd’hui, l’OL a 5 points de retard sur le deuxième, le LOSC. Le constat est simple, l’OL n’a jamais connu plus de trois points de retard sur le 2e, au soir de la neuvième journée, lorsque les Gones se sont qualifiés pour la Ligue des Champions en fin de saison. Il y a deux ans, l’écart avec le deuxième était de 6 points. L’OL avait finalement terminé quatrième du championnat.

Conclusion : L’OL est en retard sur ses temps de passage, en terme d’écart avec la deuxième place. Cinq points de retard sur le dauphin du PSG, c’est deux de plus que lors des trois dernières qualifications en Ligue des Champions.

Et au niveau des résultats purs ? En terme de victoires, l’OL est sur le même rythme que précédemment. Avec 4 victoires en 9 matchs, les Gones comptent exactement le même bilan que lors des cinq dernières saisons. C’est au niveau des défaites que cela fluctue. Avec 3 défaites au compteur, l’OL fait moins bien qu’en 2015 (2), et beaucoup moins bien qu’en 2017 (1). En revanche, l’OL fait mieux qu’en 2016 (4), mais les Lyonnais n’avaient pas accroché la Ligue des Champions en fin de saison. Concrètement, l’Olympique Lyonnais signe exactement le même démarrage que lors de la saison 2014/2015. Mais encore une fois, cette saison ne peut servir d’exemple, car elle se déroulait sans coupe d’Europe à disputer.

Conclusion : L’OL est en retard. Ces cinq dernières années, lorsque les Lyonnais sont engagés en coupe d’Europe, ils n’ont jamais réussi à accrocher le podium en fin de saison avec un tel bilan de début de saison.

OL

Copyright photo : Peggy D. / www.coeur-de-gone.fr

Et au niveau des buts ? Avec 14 buts marqués, l’OL fait moins bien que la saison dernière (20), qu’en 2014 (15), et qu’en 2016 (15), mais mieux qu’en 2015 (11). Mais en 2015, l’OL prenait peu de buts (6), contre 12 cette saison. Le pire total de ces cinq dernières années, excepté la saison dernière (15), même le match à Paris y est pour beaucoup… La différence de buts (+2), elle, est la pire des cinq dernières saisons.

Conclusion : Globalement, l’OL marque moins que ces dernières saisons, et encaisse plus de buts.

Les hommes mentent, pas les chiffres. Et les chiffres, à l’OL, on connait. Mardi, le club a présenté les résultats financiers, évidemment importants pour la pérennité du club. Et eux, sont très bons, au contraire des chiffres liés au sportif. Le début de saison de l’OL n’a rien de catastrophique, et rien n’est perdu au bout de neuf journées. Mais quand le club est censé progresser années après années, les résultats prouvent le contraire. Que ce soit au niveau des points, du nombre de défaites, des buts marqués ou des buts encaissés, l’OL réalise son deuxième plus mauvais démarrage sur les cinq dernières années. Pire, lors de la première partie de saison à l’issue de laquelle Hubert Fournier avait été écarté, les Lyonnais avaient pris, à la même période, 1 point de plus, et encaissé 6 buts de moins.

Alors non, il n’y a pas le feu au lac, l’OL est encore dans la course au podium, et prétend toujours à sortir de son groupe en Ligue des Champions. Mais quand on regarde l’effectif du club, on se dit deux choses : l’OL doit terminer deuxième du championnat sans trop de soucis, et progresser par rapport aux dernières saisons. Force est de constater que, dans la réalité, ces deux points sont très, très loin d’être vrais. Et loin de nous l’idée de vouloir faire du Genesio-bashing, mais quand l’OL 2018, aux résultats financiers inédits depuis la création du club, signe un début de saison similaire à l’OL 2014, période où le club se serrait la ceinture économiquement, et où les deux seules recrues se nommaient Lindsay Rose et Christophe Jallet, c’est qu’il y a un souci quelque part. Et comme tout le monde s’accorde à dire que l’effectif est de grande qualité, c’est que le problème est déjà ciblé…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance 🙂 La rédac’

Partager

À propos de l'auteur

Supporter lyonnais et rédacteur pour coeur-de-gone.fr

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :