Après la victoire probante contre l’OM, l’OL se devait d’enchaîner à Dijon. Pour cette rencontre, Génésio décide de laisser au repos son capitaine Fékir, Marcelo, Diop ou Memphis et de faire confiance à Tousart, Morel ou Dembélé pour les suppléer.

Abandonnant son 4-2-3-1 (du fait de l’absence de Fékir), l’OL se dispose en 4-3-3 à l’entame de la rencontre avec Tousart en soutien des deux milieux relayeurs Aouar et N’Dombélé. Ce dispositif renforce l’axe du milieu de terrain et permet de libérer les deux latéraux (Rafael et Dubois) pour venir créer du danger sur les côtés. Ce système fonctionne parfaitement dès le début de la rencontre avec une frappe de Dembélé (9e) puis de Traoré (11e), malheureusement mal ajustées. L’OL pose des problèmes à cette équipe de Dijon qui ne parvient pas à mettre en place son jeu et qui est régulièrement débordée par les montées des deux latéraux. Pouvant s’appuyer sur N’Dombélé et Aouar dans l’axe et sur Terrier et Traoré devant eux, ils parviennent à apporter le surnombre et à créer des espaces. Le bloc dijonnais apparaît rapidement débordé surtout par le travail de Rafael. Le pressing lyonnais se met en place et les joueurs récupèrent des ballons de plus en plus hauts. À la 14e min. c’est Traoré qui intercepte un ballon dans le camp adverse et qui lance en profondeur Dembélé, celui-ci ne peut obtenir mieux qu’un corner sur ce coup. Si le jeu lyonnais est assez efficace sur les côtés, il manque alors de percussions dans l’axe. N’Dombélé et Aouar, protégés par Tousart, ne se projetant que trop peu vers l’avant dans ce premier quart d’heure. Ils vont le faire par la suite et de quelle façon.
C’est tout d’abord N’Dombélé qui le fait à la 17e min., il déstabilise l’arrière-garde dijonnaise puis adresse un très bon ballon en profondeur en direction de Dembélé qui ne laisse pas passer l’opportunité d’inscrire le premier but de la rencontre. 0-1 pour l’OL, la partie ne pouvait mieux commencer. Et même 0-2, deux minutes plus tard, c’est Aouar cette fois-ci qui percute dans l’axe, une-deux avec Dembélé, il se met en position… son tir est repoussé mais Dembélé est bien placé et peut reprendre pour inscrire son doublé. On joue la 19e min. et le break est fait. Cela n’empêche pas l’OL de continuer à presser et à récupérer haut le ballon. Dijon est complètement asphyxié par la densité physique de l’OL. Lopes passe pour le moment une soirée tranquille. Seule la frappe de Rozier (24e) ou la tête de Tavares (25e) lui rappelle qu’il doit rester vigilant. L’OL maîtrise parfaitement la rencontre. La défense n’est pas mise à contribution, le bloc est bien en place et les attaquants continuent de poser de graves problèmes à leurs adversaires du soir. Sur un nouveau mouvement sur le côté droit, Rafael réussit à se mettre en position pour adresser un très bon centre dans la surface, Terrier est à la réception et d’une belle tête, alourdit encore le score 0-3, On joue la 35e min. et l’OL déroule. Quelques minutes plus tard, sur une énième balle en profondeur, Traoré est même tout près de punir un peu plus cette équipe dijonnaise mais sa frappe n’est pas cadrée (38e). À la pause, le staff et les joueurs peuvent être satisfaits. Ne reste plus aux Lyonnais à rester concentrés et appliqués pour valider ces trois points qui leur tendent les bras.

Au retour des vestiaires, Dijon ne se décourage pas et tente de presser plus haut les Lyonnais. Par son envie et sa volonté, cette équipe bourguignonne parvient régulièrement à se mettre en position de frappes mais que ce soit à la 50e ou la 54e, ces tentatives sont la plupart du temps non cadrées. L’OL joue plus bas pour pouvoir (comme il pouvait le faire l’année dernière à ASSE, Troyes…) lancer des contres assassins. Mais, les Lyonnais manquent d’agressivité sur le porteur du ballon, ils ne sont pas revenus avec les mêmes intentions, la fatigue et l’avantage au tableau d’affichage jouant peut-être sur les esprits et les corps. S’ils réussissent encore à se créer des occasions que ce soit avec Terrier trouvé une nouvelle fois en profondeur par Aouar (56e) ou Dembélé à la réception d’un centre (60e), ils ne sont plus trop dangereux au contraire des Dijonnais qui continuent de mettre la pression. Lopes est bien obligé de s’employer comme devant Keita ou sur un coup-franc de Ciman. L’OL subit et commet de plus en plus de fautes. Sur l’une d’elles, Tousart qui a déjà un jaune se voit signifier qu’il doit quitter le terrain, les Lyonnais vont devoir jouer à 10. Plus grave, la liste des blessés s’allonge. Après N’Dombélé qui cède sa place à Diop, c’est au tour de Terrier de devoir être remplacé par Ferri. L’OL joue en 4-4-1 et ferme la boutique. Dans le dernier quart d’heure, le rythme de la rencontre diminue. Dijon essaie bien encore de sauver l’honneur mais les minutes défilent sans que le score bouge. L’OL se dirige tranquillement vers sa première victoire à l’extérieur en championnat de la saison. 0-3, score final !

Si l’OL a un peu subi en seconde période, il n’aura finalement que peu tremblé face à des Dijonnais courageux mais assez limités devant un bloc aussi compact et sérieux. Tout en gérant les temps de jeu de ses joueurs (mis au repos de certains cadres aux dépens d’autres qui n’avaient que peu joué ces dernières semaines), Génésio a obtenu ce qu’il était venu chercher. Les 3 points qui permettent à l’OL de se hisser à la deuxième place du classement derrière un PSG impérial. Seul bémol de la soirée, les blessures et l’exclusion de Tousart qui, au vu de l’enchaînement des matchs à venir, vont forcément limiter les possibilités de turn-over.

En partenariat avec RFM Rhône-Alpes 📻, on t'offre tes 2 places pour le match OL 🆚 FC Nantes 🎟🎟 Pour participer au…

Publiée par Coeur de Gone sur Lundi 24 septembre 2018

https://twitter.com/ol_plus/status/1045004827548438530?s=21

 

https://twitter.com/ol_plus/status/1045000879278043137?s=21

 

https://twitter.com/ol_plus/status/1045000357892542464?s=21

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :