Grâce à un hat-trick de Memphis, l’OL s’est imposé contre l’OGC Nice 3 buts à 2 au terme d’une soirée marquée par le probable dernier match de Nabil Fekir sous le maillot Lyonnais. Avec cette victoire, l’Olympique Lyonnais termine 3ème de la Ligue 1 et décroche son ticket pour la prochaine édition de la Champions League.

Dès l’entame, l’OL fait un pressing très haut, l’équipe tente d’étouffer son adversaire. Fekir et Tousart par deux fois se trouvent en position de frappe mais sans succès. Néanmoins, si Nice subit, l’équipe reste bien en place avec deux lignes défensives qui ne laissent que très peu d’espaces. Et sur un contre ravageur, Pléa est trouvé en profondeur, Morel est trop court et Gorgelin ouvre trop ses jambes… 0-1, l’OL se retrouve dans la pire des situations envisagées au coup d’envoi. Il lui reste 70 min pour renverser la tendance mais l’OL continue de buter contre ce mur. Si Mendy et Rafael proposent bien quelques solutions, les Lyonnais ne parviennent pas à jouer suffisamment vite pour contourner ce bloc. Et comme Nabil Fekir n’est pas trouvé dans l’intervalle pour organiser le jeu, l’OL se retrouve à balancer les ballons ou à le perdre dans des zones dangereuses… Nice sur les contres reste dangereux et l’OL n’est pas très loin de concéder un nouveau but comme sur cette frappe (27e) qui frôle le poteau de Gorgelin. À la 30e min, Memphis en pivot trouve Mendy sur le côté, son centre est repris par Traoré (ou plutôt Dante) mais s’échoue sur le poteau… La chance ne veut pas sourire aux Lyonnais. Le plus horrible pour les supporters, c’est qu’à la mi-temps, le score de 0-1 est logique. Nice a été plus précis et dangereux que nos Lyonnais. Un état de fait difficile à accepter… Heureusement, il reste une seconde période.

Pour cette seconde période, au vu des autres résultats, l’OL n’a plus trop le choix. Il faut attaquer et marquer. Genesio le sait et tente son va-tout en faisant rentrer Mariano. Positionné à la pointe de l’attaque à la place de N’Dombélé, l’OL retrouve son 4-3-3. Et dès la 47ème minute, cette option tactique produit son effet. Fekir dans la surface élimine son vis-à-vis pour trouver Memphis qui face au but ne rate pas l’occas’. L’OL est revenu au score, la moitié du chemin est faite. L’OL continue de presser son adversaire ; les opportunités et corners se multplient pour l’OL. Mais, à l’image de la frappe de Memphis à la 51ème, l’OL manque un peu de précision pour mettre en danger Benitez, le portier niçois. À la 56ème minute, par contre, il l’oblige à se coucher et la minute suivante sur un ballon arraché de la tête, Mariano trouve l’angle de la transversale. Nice recule et l’OL s’installe dans les 35 derniers mètres niçois. Mais, le jeu ne se réduit pas à un attaque-défense, Nice faisant plus que se défendre. À la récupération du ballon, les Niçois tentent de faire remonter le ballon et les supporters de l’OL sont tout heureux de voir Balotelli, seul face à la cage, voir sa frappe s’envoler. L’OL doit marquer mais le temps tourne. Heureusement, sur un coup franc intelligemment joué en dessous du mur, Memphis inscrit un doublé. On joue la 65ème, l’OL tient le bon bout. Mais avec un but d’avance, l’OL ne peut pas se sentir en sécurité surtout cette saison. L’équipe doit continuer à jouer vers l’avant pour marquer un nouveau but… Il reste moins d’une demi-heure de jeu à jouer.

Nice monte d’un cran et l’OL joue plus bas… L’équipe tente de gérer cet avantage malgré tous les doutes qui assaillent les supporters. Les minutes s’égrainent et quelques sueurs perlent sur les visages lorsque Gorgelin détourne une belle frappe de Pléa à la 79e et que dire lors du cafouillage qui suit, après le corner ! Faut pas être cardiaque avec l’OL quand on voit Marcelo dégager le ballon presque sur sa ligne. Mais le bloc ne remonte plus pour aider les attaquants lyonnais. Sur la dernière action de Fekir sur le maillot Lyonnais (?), le capitaine de l’OL trouve Mariano qui touche à nouveau le montant niçois. Nous jouons la 82ème minute et c’est le moment que choisit Genesio pour faire sortir sous les ovations du public, Nabil Fekir. Le message est clair avec l’entrée de Ferri, l’OL veut se concentrer sur sa défense et tenir le 2-1. Mais sur un ballon récupéré dans le camp adverse par Ferri, Traoré transperse la défense niçoise et trouve Memphis, qui, d’un magnifique piqué trouve le chemin des filets. 3-1 à la 85ème. Mais ce match est vraiment fou : à peine le ballon remis en jeu que Nice revient au score par l’inévitable Pléa 3-2. Les dernières minutes n’ont jamais semblé si longues. Les deux équipes sont coupées en deux et le ballon navigue d’un camp à l’autre. Ferri fait trembler les filets mais du mauvais côté à la 93ème… ce n’est pas dramatique, l’essentiel est là, l’OL s’impose et gagne son ticket pour la LdC.

Du côté des supporters, le coeur n’était pas du tout à la fête en tribunes. De nombreuses banderoles cinglantes ont été déployées, notamment à l’issue de la rencontre : “Bruno, ton amour pour l’OL t’honore mais il est temps de tourner la page”, “Président, étaient réveillés toute l’année et n’ont jamais lâché ! Qu’en est-il de vos protégés ?”, « #LesVraisSupporters veulent un club qui se donne les moyens de ses ambitions ! Et plus de mug à la con ! »

https://twitter.com/Milazz/status/997943819927805955

Et les 3 buts de Memphis en vidéo :

https://twitter.com/OL_Plus/status/997931843679850497

https://twitter.com/OL_Plus/status/997936136302612485

https://twitter.com/OL_Plus/status/997941478218399744

Oreste

Oreste

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :