[OL History] 11 mai 2003, OL 1-0 PSG

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Il y a 15 ans… Un OL-PSG dans l’Histoire : à la poursuite de son second titre de champion de France, l’OL affronte pour le compte de la 36e journée de championnat une équipe du PSG. Avec deux points d’avance sur OM, trois sur Monaco, l’OL se doit de s’imposer pour ne pas voir ses opposants fondre sur lui.

Dans une configuration identique en 4-2-3-1, les deux équipes procèdent à un long round d’observation. Et si Juninho se charge dès les premières secondes d’allumer le feu en slalomant dans le défense parisienne… avant de subir une faute, l’OL ne semble pas réussir à mettre en danger son adversaire du soir.
Prenant confiance, les Parisiens, avec le jeune Cana placé en soutien de Ronaldinho, développent leurs arguments et s’offrent une première occasion dangereuse à la 22e minute. Sur un ballon récupéré par Cana, le ballon parvient sur le côté gauche à Leroy qui centre pour un Ronaldinho, heureusement un peu court pour ajuster sa tête. Si Carrière par un bel enchaînement fait passer quelques frissons aux Parisiens, c’est une nouvelle fois le Zorro de l’OL, Anderson, qui débloque la situation. A la 25e minute, Carrière transmet à Violeau qui libère immédiatement la balle pour Anderson à hauteur du rond central. La suite est l’œuvre exclusive du buteur brésilien, qui dans une course de près 30 m et malgré quatre adversaires collés à ses basques, envoie un missile de l’extérieur du pied droit… La trajectoire et la puissance du ballon laisse pantois un Alonzo qui ne peut que constater les dégâts. L’OL prend l’avantage 1-0. Cinq minutes plus tard, sur un coup franc puissant de Déhu aux 30 m Coupet détourne le ballon d’une main ferme, l’OL n’est pas à l’abri. Pourtant, malgré cette frayeur, les Lyonnais continuent de gérer leur match et sont tout prêt d’enfoncer le clou. Sur un bon centre de Juninho, Alonzo est tout heureux de voir le ballon filer devant les pieds d’Anderson.

En faisant entre Ogbeche à la place de Cana dès l’entame de la seconde période, Luis Fernandez tente de muscler son attaque et de tenter le coup. Touré fait admirer sa pointe de vitesse et même une belle qualité de frappe sur un tir tendu, dévié par Leroy. Heureusement Coupet, toujours vigilant, veille (51e). Touré, encore lui, s’illustre sur un centre fort stoppé par le gardien lyonnais. L’OL ne s’en laisse pas compter et sur une action collective de toute beauté, Anderson, à la reprise d’un centre de Deflandre, rate le cadre (66e). Puis, sur un service en profondeur, Anderson frappe une nouvelle fois sans succès… Une fois de trop ! Se tenant la cuisse gauche, il est contraint de sortir pour laisser sa place à Luyindula. Luis Fernandez, pensant à la prochaine finale de coupe de France que le PSG doit disputer, décide alors de ménager Ronaldinho. L’OL sent la bonne opération se profiler, mais recule un peu trop. Il est tout prêt de se faire surprendre sur une frappe d’Ogdeche qui a bien réussi à se sortir du marquage lyonnais (76e) ou sur un boulet de canon repoussé par la barre de Coupet (84e). 1-0 score final, un résultat qui satisfait joueurs et supporters, les menant un peu plus vers ce fameux deuxième titre de champion…

Après le match, Paul Le Guen : “L’objectif est atteint dans la mesure où les trois points en jeu étaient essentiels. Nous gardons la main et il nous reste un pas et demi à accomplir. j’espère que l’on y arrivera mais il y a encore beaucoup de travail et rien n’est simple.”

Luis Fernandez : “On a plutôt fait un bon match et on aurait peut-être mérité le match nul […] On perd sur un exploit d’un joueur exceptionnel, un attaquant de race.”

À Gerland, OL 1-0 PSG (1-0)
37823 spectateurs , arbitre : M. Duhamel
But: Anderson 25e
OL : Coupet – Deflandre, Caçapa, Müller, Bréchet – Violeau, Dhorasso – Govou, (Edmilson 79e), Carrière (Balmont 86e), Juninho – Anderson (Luyindula 60e)
PSG : Alonzo – Cristobal, Pochettino, Heinze, Potillon – Déhu, Leroy (André Luiz 61e) – A. Touré, Cana (Ogbeche 46e), Pedron – Ronaldinho (Leal 61e).

Partager

À propos de l'auteur

Tombé dans la marmite Lyonnaise quand j'étais petit, je n'avais qu'une idéfix venir cirer les bancs de J. Bouin. Abraracourcix, je prends une longue série d'abonnement à Gerland. Mais, comme ma profession n'est pas une assurancetourix de rester sur Lugdu, je suis amené à faire le "tour de la Gaule" et même "la grande traversée". Heureusement "mes 12 travaux" touchent à leurs thermes (romaines ?) et avant d'avoir un agecanonix, je devrais retrouver sous peu "le domaine des dieux".

Laisser un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :