Les Lyonnais et les Stéphanois se retrouvent pour la troisième fois de la saison, et, malgré un nouveau titre qui se dessine pour les Verts, l’OL est plutôt à son avantage lors des confrontations régionales puisqu’après avoir remporté le premier derby à Gerland sur le score sans appel de 3-0 (buts : Di Nallo 17e, Rambert 73e et Perrin 81e), il a réussi à se qualifier pour les 1/8e de finale de la coupe à Annecy (2-0). Alors forcément, cela ne plait pas mais alors pas du tout à l’entraineur stéphanois. À l’issue de la rencontre, Jean Snella, pas vraiment bon joueur, déclare que les Lyonnais ne méritaient pas leur victoire car après l’ouverture du score de Di Nallo (35e), ils n’ont fait que camper dans leur surface de réparation. Furieux, il affirme même : « à trop jouer la carotte, Lyon n’ira pas très loin en Coupe » (des propos plus que prophétiques puisque l’OL la remportera quelques mois plus tard face à Sochaux !). S’ensuit l’une des premières joutes verbales par voie de presse entre entraîneurs stéphanois et lyonnais de l’Histoire des Derby. Jean Snella surenchérit à ses propos en déclarant que « Lyon est une équipe qui ne sait que défendre » ; Louis Hon lui répond du tac au tac : « au moins, nous irons plus loin que St-Etienne en Coupe ».

Agacés encore par les propos de l’entraineur de l’ASSE, des supporters lyonnais, avant de prendre la route de G.Guichard, font un léger détour au marché gare pour faire quelques provisions. À l’entrée des joueurs, ce n’est pas moins de 25 kg de carottes qui se déversent sur la pelouse. G. Beretta, l’attaquant stéphanois, ne se laisse pas démonter par tout ce folklore ; il ramasse une carotte, se présente devant la tribune lyonnaise et la croque ostensiblement à pleines dents.

Carottes enlevées, le match peut enfin commencer. Mais, ce n’est pas la fin des polémiques. Le match est assez fermé et Michel Zewulko est irréprochable sur sa ligne. Presque invincible, il repousse longtemps les tentatives stéphanoises. Mais, à l’heure de jeu, sur un de ses arrêts, il est victime d’un coup au menton. Six minutes plus tard, il commet une erreur en repoussant le ballon dans les pieds de H. Revelli qui n’en demandait pas tant. 1-0 pour l’ASSE. Heureusement, les Lyonnais ne savent pas que défendre, n’en déplaise à Snella. À la 75e minute, Di Nallo, sur une action de grande classe, dribble Herbin, Sbatz, le gardien Philippe et égalise. Il ne reste plus qu’un quart d’heure à jouer et l’OL semble tenir le bon bout, lorsqu’à la 80e, Michel Zewulko reste sans réaction devant la coup de tête de Mekloufi (consécutive à un centre de ce diable d’Hervé Revelli, encore lui). 2-1 score final. À la fin de la partie, Louis Hon affirme que « Zewulko était K.O » et reproche à l’arbitre de n’avoir pas arrêté la rencontre le temps que le gardien lyonnais puisse récupérer. Allant dans son sens, Zewulko déclare ne pas se souvenir « comment les buts ont été marqués ».

De mauvaise foi, comme toujours (!), les Stéphanois diront que le gardien polonais en a rajouté pour justifier la défaite. Comme si les Lyonnais étaient aussi mauvais perdants que Jean Snella… Franchement, aucun lyonnais sain d’esprit ne peut y croire, encore moins à quelques heures d’un derby.

28ème journée du championnat, 19 mars 1967, ASSE 2-1 OL (0-0)
Buts : H. Revelli 66e et R. Mekloufi 80e pour ASSE, F. Di Nallo 75e pour l’OL.
Arbitre : M. Machin ;  spectateurs : 26.303.
ASSE : Philippe – Sbaïz, Herbin, Bosquier, Polny – Jacquet, Mekloufi – Fefeu, Larqué, H. Revelli, Beretta. Ent: J. Snella
OL : Zewulko – Degeorges, Rocco, Le Borgne, Lhomme – Schwinn, Nouzaret, Glycinski – Perrin, Di Nallo, Maison. Ent : L. Hon.

Oreste

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de frappe, vous pouvez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci par avance. La rédac’ Coeur de Gone.fr

Partager

A propos

Coeur de Gone est un blog dédié aux supporters lyonnais. Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :