Dans ce sommet pour une place qualificative pour l’Europa League, les lyonnais pouvaient, en cas de succès, distancer des Girondins en très grande forme depuis le début de l’année civile. Mais une nouvelle fois, ce collectif s’est enrayé à l’extérieur, peinant à se procurer des occasions et à se montrer dangereux devant les cages girondins.

Une mauvaise prestation une nouvelle fois favorisée par des choix que l’on qualifiera sobrement d’hasardeux de la part d’un staff « technique » qui semble de plus en plus impuissant quand les individualités fortes du groupe sont en difficulté.

A contrario d’Alkmaar et de Metz, les hommes de Gourvennec pressent haut en début de match et gênent la relance lyonnaise. Conséquence, les lyonnais vont une nouvelle fois à l’extérieur prendre un but sur une attaque rapide qui verra Vada, en position de hors-jeu, tromper Anthony Lopes.

Faire la liste des matchs à l’extérieur où l’OL s’est retrouvé mené sera trop exhaustif donc il suffit juste de rappeler que sur l’année 2017, les Gones ont déjà connu cette situation à Caen, Marseille en Coupe de France, Saint-Etienne ou plus récemment Guingamp. Et comme lors de ces précédentes rencontres, le collectif lyonnais peinent à s’extirper du bourbier imposé par son adversaire.

Il est, en effet, plus difficile de faire la différence pour les joueurs offensifs quand le milieu de terrain est complètement battu dans tous les domaines, incapable de se montrer dangereux surtout quand on aligne deux milieux défensifs et que le seul milieu créatif de l’effectif (Darder) semble passer dans la hiérarchie, derrière l’intendant du club.

Et puis que dire une nouvelle fois de la prestation indigente du capitaine Gonalons, est-ce rendre service à un enfant du club que de le titulariser quand ni la tête, ni les jambes semblent répondre présent ? Sans compter les moments où il semblait se cacher pour éviter de commettre une nouvelle erreur, difficile dans ces conditions de jouer à 10.

Sa sortie a coïncidé avec un certain regain côté lyonnais qui fut vite annihilé par les changements de Génésio, préférant Jordan Ferri à Sergi Darder, en remplacement de Memphis. On attend donc avec impatience le changement de Jeudi à la 81e à 1-1 où il sortira Alexandre Lacazette pour faire rentrer Nicolas N’Koulou.

Malgré tout, l’OL va réussir à arracher le point du match nul grâce à la tête d’Emmanuel Mammana, bien servi par Matthieu Valbuena et qui marque son premier but sous les couleurs lyonnaises. De plus, au vu de la fin de la rencontre, c’est presque des regrets qui pourraient poindre tant les Girondins semblaient émoussés physiquement par l’intensité de leur pressing durant la rencontre.

Sauf que voilà, faire rentrer un milieu de terrain à la place d’un attaquant rend difficile la possibilité d’une victoire dans les arrêts de jeu. Coaching qui contraste avec celui de son homologue bordelais qui lui avait opter pour l’inverse en faisant rentrer un attaquant (Menez) pour tenter d’arracher la victoire… Vous avez dit audace ?

Quoi qu’il en soit, l’OL prend le point du match nul qui lui permet de maintenir à l’écart le club au scapulaire mais qui signifie aussi un adieu à un podium qui semblait déjà difficile. Lorsque l’on entend les déclarations de match, cette ambition semble déjà perdue.

Place désormais à la Ligue Europa Jeudi contre Rome au Parc OL où cette fois-ci, il faudra jouer 90 minutes pour avoir une chance de l’emporter.

Les stats du match :
(En collaboration avec Stats Foot)

C’est le premier point pris à l’extérieur par l’OL cette année, auparavant il restait sur 3 défaites en 3 déplacements.

C’est le nombre de dribbles réussis par Rafael hier soir, omniprésent partout et auteur d’un très bon match.

Il s’agissait seulement du deuxième match nul de la saison pour l’OL après celui acquis au Vélodrome en Septembre (1-1).

C’est le nombre de buts encaissés par l’OL depuis le début de la saison, sa plus mauvaise performance depuis la saison 2011-2012.

Les notes du match :

Lopes : 5
Malgré son but encaissé, le portier lyonnais a fait le travail en empêchant à plusieurs reprises les bordelais d’aggraver la marque. Un match dans la lignée de sa saison où il est peu sollicité mais doit tout de même s’incliner sur l’une des rares incursions adverses.

Rafael : 6
Probablement le meilleur lyonnais hier soir, le brésilien fait beaucoup de bien offensivement en créant le surnombre dans la surface adverse. En seconde période, ses incursions furent nombreuses et dangereuses et cela a permis aux attaquants lyonnais de se mettre en évidence. De plus, cette saison Rafael semble plus serein défensivement et cela en fait l’un des meilleurs latéraux de L1 pour cet exercice.


Mammana : 6
N’en déplaise au grand technicien Raymond Domenech, l’argentin semble définitivement installé dans la charnière lyonnaise. Il est difficile de reprocher son placement sur le premier but car si désormais il doit aussi s’occuper des joueurs hors-jeu d’un mètre, il fut solide dans les duels et précieux dans la relance à un moment où le milieu semblait apathique. Cerise sur le gâteau, son but est venu récompenser tout le bien que l’on pense de lui en ce moment.

Diakhaby : 5
Un match un cran en dessous de son homologue argentin et qui aurait pu être terni d’un pénalty qui aurait normalement dû être sifflé à la suite d’une faute sur Malcom.
Si sur les coups de pied arrêtés il est toujours aussi dangereux, ses tacles dangereux et rugueux dans les zones de vérité nous font toujours autant frissonner, un domaine sur lequel il devrait travailler.

Morel : 4
Jérémy Morel n’est définitivement pas un latéral, ça on semblait le savoir mais si en plus il n’est pas défensivement, ça devient difficile. Averti dès la 3e minute, il a passé tout le reste de la rencontre sur le fil du rasoir et peu s’estimer heureux d’avoir terminé la rencontre.

Gonalons : 2
Un nouveau match très difficile pour le capitaine lyonnais.
Dans un club idéal et avec un coach, la concurrence fonctionnerait et Maxime Gonalons serait relégué sur le banc. Coupable sur le but lyonnais, il a passé tout le reste du match à se cacher, ne participant pas à la relance et semblant absent aussi bien mentalement que physiquement. Sa sortie à une nouvelle fois métamorphosée le collectif lyonnais et montre ainsi qu’en ce moment, Maxime Gonalons n’est plus indispensable à l’OL.

Tousart : 5
Monstrueux contre Metz, Lucas Tousart a semblé souffrir une nouvelle fois de la présence d’un joueur aux caractéristiques similaires. Placé en 8 au même niveau que Tolisso, il montre que son poste n’est pas celui-ci et qu’il est devant la défense, là où il excelle et où il fut meilleur après la sortie de Gonalons.

Tolisso : 5
Dans ce milieu de terrain moyen hier soir, Corentin Tolisso ne déroge pas à la règle. Peu présent dans le cœur du jeu, son impact offensif s’est fait moins ressentir et a donc contribué à casser en deux le onze lyonnais. Peut être qu’avec un joueur plus technique dans l’entrejeu comme Sergi Darder qui jouait chez nous l’année dernière mais qui semble absent dans l’esprit de Génésio, Tolisso pourrait se libérer et montrer son réel niveau.

Memphis : 5
Entreprenant et tentant de faire la différence, le néerlandais n’a toutefois pas été décisif ni même dangereux durant la rencontre. Son jeu fait de prises de risques a évidemment contribué à beaucoup de pertes de balles lyonnaise mais le seul moment où il aurait pu se montrer décisif, il fut sorti par le coach qui semble l’épargner pour l’Europa League…où il n’est pas qualifié.

Fekir : 4
Placé sur le côté droit, Nabil Fékir a montré que cela n’était pas son poste, comme contre Saint-Etienne ou d’autres nombreuses fois cette saison, gros scoop.
Handicapé par une douleur au dos, le lyonnais n’a pas pu montrer l’étendue de son talent mais ça on s’en doutait malheureusement..

Lacazette : 5
Quand on a pas de ballons, il est difficile d’être efficace.
Voilà sans doute ce qu’a du se dire Alexandre Lacazette après le match d’hier, un match frustrant pour lui dans la mesure où il a eu peu d’occasions à se mettre sous la dent et où il n’a pas pu participer au jeu.
Difficile donc de le noter à l’augure de ce match.

Les rentrants :
Si la rentrée de Mathieu Valbuena fut crédité d’une passe décisive, il ne semble encore pas à 100% de ses moyens et a perdu beaucoup de duels et de ballons. Quand à celle de Maxwel Cornet et de Jordan Ferri, on cherche encore des traces de leur utilité ou d’une quelconque bonne action de leur part depuis bien longtemps. Vous le sentez venir le retour de Rachon ?

 

Girondins de Bordeaux 1 – 1 Olympique Lyonnais
Vada 16’                                    Mammana 79’
Stade Matmut Altantique
Ligue 1, 28e Journée

Bordeaux : Carrasso, Gajic – Jovanovic – Pallois – Contento , Toulalan (Plasil 80’) – Vada (Menez 84’) – Sankharé, Malcom – Laborde – Kamano.

Lyon : Lopes, Rafael – Mammana – Diakhaby – Morel, Gonalons (Valbuena 59’) – Tousart – Tolisso, Fekir (Cornet 63’) – Memphis (Ferri 84’) – Lacazette.

Corentin Dupont

Corentin Dupont

Rédacteur pour le blog Coeur de Gone | "Bercé par Sonny Anderson, éduqué par Juninho, émancipé par Bako Koné." | @Corentin_Dupont

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :