Après une année 2016 riche en rebondissements de côté de l’OL, l’équipe de Cœur de Gone vous livre ses plus moments de l’année.

Matchs à enjeu, festivals de buts, rencontres historiques, cette année 2016 restera gravée dans l’histoire de l’OL. Tour d’horizon des plus beaux souvenirs de l’année civile, racontés par les rédacteurs du blog…

OL-Troyes, 09/01/16.

Après 10 ans d’attente et de combats, ce 9 janvier 2016 est une date marquée à jamais dans l’histoire de l’Olympique Lyonnais. Le Grand Stade, le Parc Olympique Lyonnais, le formidable outil, ou appelez le comme bon vous semble, ouvre ses portes. Une merveilleuse enceinte de près de 60 000 places, dotée d’une énorme caisse de résonance, des sièges aux couleurs de l’OL, et une ambiance magique, un stade qui fait passer l’OL dans une nouvelle dimension. Ce samedi 9 janvier, l’OL inaugure son nouveau chez lui en recevant Troyes, lanterne rouge du championnat. Le contexte est particulier. Les Gones viennent de changer d’entraîneur, Bruno Génésio ayant pris les rênes de l’équipe, lui ne comptait alors qu’un match à la tête du club, une large victoire à Limoges en Coupe de France une semaine plus tôt. De plus, les lyonnais ont raté leur final à Gerland. Si la vraie dernière dans l’enceinte du 7ème arrondissement fut une victoire face à Tours en Coupe de la Ligue, la vraie fête se déroulait quelques jours plus tôt, face à Angers, avec de nombreuses légendes du club dans les tribunes pour l’occasion. La suite, vous la connaissez. Une défaite, ce qui n’a pas empêché les supporters de profiter de leurs derniers moments du côté du Stade de Gerland.

Face à Troyes, le scénario ne se répète pas. Le souhait d’Alexandre Lacazette est exaucé : à la 18ème minute, il croise bien sa frappe et devient le premier buteur de l’histoire du Parc OL. Malgré l’égalisation de Camus peu après l’heure de jeu, et Ghezzal puis Ferri permettent à l’OL de se mettre à l’abri. Lyon inscrit même un quatrième but, et assure sa première victoire au Parc OL. La fête est totale, un show de lumières et d’artistes lyonnais se produit ensuite sur la pelouse, avant que Will.i.am ne prenne place au niveau du rond central pour plusieurs minutes de fête.

Corentin, rédacteur, explique son choix du match de 2016 : “Comme meilleur souvenir, j’aurais évidemment pu choisir les rencontres face à Paris, ou Monaco. Mais pour moi, cela reste l’inauguration du Parc OL contre Troyes. Si le résultat était au final plutôt logique, ce match restera surtout comme le symbole d’une nouvelle ère pour l’OL. L’achèvement d’un projet de plus de 10 ans et un moment d’histoire pour les supporters lyonnais qui ont vécu ce moment. Un souvenir que l’on pourra raconter parce que fouler pour la première fois un stade tout juste sorti de terre est une sensation incomparable.” 

OL-Paris, 28/02/16.

Toujours invaincu dans son nouveau stade, l’OL reçoit Paris dans la peau de l’outsider. Après une défaite à Lille (0-1), les lyonnais sont donc dans une impasse, seule un exploit face à Paris pourrait les faire revenir dans le course à la Ligue des Champions. Sans Jallet et Grenier, expulsés à Lille et donc suspendus, ni Umtiti, suspendu après 3 cartons jaunes, et sans de nombreux blessés comme Fekir, Valbuena et Tolisso, entre autres, l’OL s’avance décimé face au champion de France. Le défi est de taille pour les Gones. En effet, le PSG est invaincu en championnat, et n’a perdu qu’un seul match depuis le mois d’août, c’était face au Real Madrid en Champions League. C’est donc un ogre qui arrive au Parc OL. Oui mais voilà, grâce à un public en feu, les lyonnais se sont transcendés. La première mi-temps est une démonstration lyonnaise, les parisiens ne voient pas le jour. Dès la 13ème minute, Maxwel Cornet élimine un Van Der Wiel passif et trompe Trapp. Le Parc OL explose. L’OL mène 1-0. On se dit alors que l’exploit est possible. L’OL continue de pousser et se fait quelques frayeurs. Dans le temps additionnel de la première période, Rafael centre pour Darder. Et là survient la plus belle action lyonnaise de l’année. Sergi Darder humilie Thiago Silva d’un sublime sombrero en pleine surface de réparation parisienne, puis ajuste Trapp. 2-0, le Parc OL est bouillant. Malgré la réduction du score parisienne par Lucas au début de la deuxième mi-temps, l’OL tient jusqu’au bout et s’impose. Première défaite parisienne de la saison en Ligue 1, un podium retrouvé pour les lyonnais, qui frappent un très grand coup sur la planète Ligue 1. Suite à ce match, l’OL enchaîne une série de 10 matchs sans défaite, dont 8 victoires. Élément déclencheur.

Sylvain, créateur du blog, raconte : “Ce soir là, l’OL frappe fort et fait tomber le PSG pour la première fois de la saison. Cette victoire dans un Parc chaud bouillant permettait à l’OL de recoller à l’ASM et de lancer la grande remontada ! Et cela, grâce à un but exceptionnel de Sergi Darder alias “Le Magicien” qui restera gravé dans nos mémoires ! Sur un superbe contrôle orienté façon sombrero dont lui seul a le secret, l’espagnol donnait magistralement l’avantage à l’OL. Au terme d’une partie très intense, on aura bien vibré et on aura tremblé aussi… Mais la devise “Impossible n’est pas lyonnais” se répétait…”

OL-Monaco, 07/05/16.

but_darder_avec_les_commentaires_de_omar_da_fonseca_avec_sa_fameuse_phrase

Le duel final. Lors de la 37ème journée de Ligue 1, l’OL affronte Monaco au Parc OL, avec comme enjeu la deuxième place du championnat, synonyme de qualification directe en phase de groupes de la Ligue des Champions. Malgré 11 points d’avance en faveur de Monaco par rapport à l’OL au cours de la saison, les hommes de Jardim ont calé, croyant que la fusée lyonnaise qui fonçait derrière ne tiendrait pas jusqu’au bout. Et pourtant… Un Parc OL en feu a permis à l’OL de se transcender, et de mettre une énorme pression sur Monaco, peu habitué à entendre des chants de supporters. Dès la troisième minute de jeu, Ghezzal trompe Subasic après plusieurs contrôles favorables. L’OL mène 1-0. Quelques minutes plus tard, Alex Lacazette marque son premier but de la soirée. 2-0. On se dit que rien ne peut arrivé à cet OL là, dominateur et imprenable. A la 34ème minute de jeu, Mapou marque sur corner. 3-0. Puis, Alex Lacazette y va de son doublé une minute plus tard. 4-0, le match est plié, l’OL va être vice champion de France. Monaco réduit cependant la marque juste avant la pause. 4-1 lors du retour aux vestiaires. Mapou Yanga-Mbiwa à l’heure de jeu, puis le troisième but de Lacazette viennent clôturer une soirée parfaite. 6-1 score final. La nouveau tube de l’été “Lalalalala Mapou Yanga-Mbiwa” résonnait au Parc OL, des vêtements sont même en vente sur notre boutique. La fête est totale. Ce match a été élu “match de l’année 2016” par les équipes d’OLTV et d’OLWEB.

Elodie, rédactrice, raconte : “Cette victoire 6-1 est mon meilleur souvenir de 2016. L’ouverture du score à la 3ème minute de Rachid Ghezzal, le triplé de mon chouchou Lacazette, et surtout le doublé de Mapou !! C’était une ambiance de folie chez les Bad Gones, avec un nouveau chant pour Mapou et sa chorégraphie. Quelle soirée !”

 

OL-ASSE, 02/10/16.

Un derby, c’est toujours une rencontre particulière. Alors un premier derby au Parc OL, c’est encore plus fort, notamment quand le record d’affluence historique pour un derby est pulvérisé. Un an après le dernier derby de l’histoire de Gerland, remporte haut la main par l’OL, 3-0 avec un triplé de Lacazette, les Gones doivent continuer d’écrire l’histoire. L’OL a perdu le derby à Geoffroy-Guichard huit mois plus tôt. Ce derby historique doit être remporté. Sans Lacazette, Bruno Génésio aligne une attaque Valbuena-Fekir. Sans numéro 9 de formation, les lyonnais peinent à se créer des occasions, et ce sont bien les stéphanois qui sont proches d’ouvrir le score par Vincent Pajot. Mais comme le talent offensif stéphanois laisse à désirer, l’OL prend confiance et Sergi Darder, l’homme des grands rendez-vous, ouvre la marque en fin de première période sur une tête qui trompe Ruffier. En seconde période, l’OL pousse mais ne réussit pas à faire le break. On craint que l’ASSE égalise en fin de match, tradition stéphanoise depuis quelques semaines. Finalement, d’une frappe de l’extérieur de la surface, Rachid Ghezzal allume Ruffier et double la marque. Le Parc OL explose, l’OL gagne le premier derby de l’histoire du Parc OL. Et ça, ça n’a pas de prix… Pour l’éternité !

Ider, rédacteur, raconte : “Ce derby, c’était seulement mon deuxième match au Parc OL, et mon deuxième derby, après le 2-2 de 2015. Il y avait une superbe ambiance, on savait que ce match était historique. Dans un Parc OL 100% lyonnais, l’OL n’a pas fait le meilleur match de son histoire, mais a su marquer dans les moments importants. Sur ce match, l’ASSE n’a pas démérité, mais c’est dans ce genre de rencontres qu’on voit la différence entre les petites et les grandes équipes. Après avoir gagné le premier derby de l’histoire de Gerland, le dernier derby de l’histoire de Gerland, voilà que l’on gagne le premier au Parc OL. Fierté régionale…”

OL féminin – PSG féminin, 24/04/16.

Ce dimanche 24 avril, l’OL Féminin recevait les filles du PSG pour la demi-finale aller de la Ligue des Champions, au Parc OL. Avec le trophée européen en ligne de mire, les joueuses de Gérard Précheur affrontaient les finalistes en titre de la compétition. Pour l’occasion, 22 050 spectateurs étaient présents pour soutenir l’OL, record d’affluence pour un match de football féminin en France. Les fenottes réalisent une superbe première période, et enchaînent les buts, par l’intermédiaire de Hegerberg par deux fois, Le Sommer par deux fois également, et un but d’Abily. 5-0 à la pause, puis 6-0 grâce à Louisa Necib. Lotta Schelin clôt la marque. 7-0 score final. L’essentiel était assuré, les filles de l’OL avaient déjà 1 pied et quatre orteils en finale de la WCL. Le match retour fut une simple formalité, et l’OL gagnait la finale aux tirs au but face à Wolfsburg. Les lyonnaises sur le toit de l’Europe !

Meyline, rédactrice OL Féminin, raconte : “Mon meilleur souvenir de 2016, je dirais la victoire face à Paris en Ligue des Champions. L’OL avait gagné 7-0. Ce jour là, les lyonnaises avaient fait un match magnifique et Lotta Schelin avait marqué son 40ème but en Ligue des Champions. A la fin du match, les joueuses ont fait le tour du stade et il y avait une superbe ambiance.”

 

Idèr Nabili

Idèr Nabili

Supporter lyonnais et rédacteur pour coeur-de-gone.fr

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :