La défaite des Lyonnais en finale du championnat de France U19 Nationaux peut laisser beaucoup de regrets vu la physionomie du match.

Après un début de saison compliqué, rares sont ceux qui auraient pensé les Lyonnais à cette place début juin. Pourtant, grâce notamment à une série d’invincibilité assez impressionnante en 2016, les Gones se sont hissés jusqu’en finale. Au talent d’abord jusqu’au match de Pontarlier pour terminer premiers du Groupe B et se qualifier pour les play-offs. Au mental ensuite en demi-finale pour battre Niort aux tirs au but.

Puis est venue cette finale. Face à l’ogre parisien et certains joueurs déjà habitués à l’univers professionnel comme Augustin ou Nkunku, l’OL a d’abord semblé complètement tétanisé. Par l’enjeu ? Par l’adversaire ? Par lui-même ? Personne aujourd’hui n’a la réponse hormis les joueurs. Toujours est-il que les Parisiens ont déroulé leur jeu, construisant des attaques à une vitesse parfois déconcertante. Et ils se sont très rapidement mis sur de bons rails dans ce match en ouvrant le score dès la 5e minute sur une faute de main de Stanislas Lebongo. Les Gones dans tout ça n’ont que trop peu vu le ballon, se mettant en danger sur des situations parfois anodines. Sans surprise, le PSG est même venu doubler la mise juste avant la pause (42e), laissant l’OL rentrer au vestiaire K.O.- debout.

La mi-temps de la renaissance

À la reprise, Yann Kitala et Yassin Fekir font leur entrée. Et les Rhodaniens commencent enfin à se réveiller. Le milieu de terrain reprend un peu de densité alors que Yoann Martelat, Houssem Aouar et Timothé Cognat trouvent leurs attaquants. Ils auraient pu réduire le score sur deux face-à-face perdus contre le gardien parisien mais n’ont pas baissé de rythme. Tous ont tenté leurs chances comme Alexandre Roselli de la tête ou Jordy Gaspar sur une frappe de loin. Mais quand rien ne passe …

Il fallait donc compter sur un exploit et il est venu du pied de Christopher Martins-Pereira sur coup-franc (2-1, 85e). Revigorés, les Gones se sont ensuite jetés en attaque dans l’espoir d’égaliser mais sans doute trop tard …

L’OL voit s’envoler le trophée mais certains ont encore marqué des points pour espérer grimper à l’échelon supérieur la saison prochaine.

On a aimé :

  1. Gedeon Kalulu : le capitaine lyonnais apparait presque à tous les matchs dans la rubrique mais il serait difficile de ne pas l’y mettre tant ses performances sont régulières et d’un très bon niveau. Lorsque l’OL prenait l’eau en première période, il s’est interposé à plusieurs reprises. Jamais dépassé, souvent bien placé et surtout très propre dans ses relances. Difficile de croire qu’il ne puisse pas grimper en CFA voire plus haut dans les prochains mois tant il affiche une maturité technique et mentale déjà élevée.
  2. Yoann Martelat : il s’était blessé au pire moment. Pour la finale, il manquait donc de temps de jeu mais cela ne s’est pas vu. Dans le bon rythme, il a été un des rares à se montrer en première mi-temps et n’a pas baissé le niveau ensuite proposant de bonnes solutions à son groupe.

Toutes les photos de la rencontre :

 

A venir : le bilan individuel de la saison en U19…

Par Camille Ledun.

 

Le coin des Gones

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :