Avec son effectif enfin complet, après un mercato et un début de saison oscillant entre promesses, déceptions et frustrations, l’OL entame les choses vraiment sérieuses en Septembre. De Guingamp à Angers, avec le retour de la Ligue Europa et le choc contre le PSG, l’OL devra lever encore bon nombre d’interrogations et afficher enfin son vrai niveau pour justifier de ses ambitions…

Alors que le championnat a déjà repris ses droits depuis un mois et de manière un peu fofolle, malgré un classement pas si anarchique que cela, avec le mois de Septembre reviennent les joutes européennes. Encore qualifié cette saison pour la Ligue Europa, l’OL devra commencer à solidifier une position sur le podium pour entretenir une dynamique qui doit lui permettre de voyager loin cette saison. Et ce mois de Septembre est une vraie charnière pour le roman qu’écrit l’OL…

Fascination, Tentation…

On a un peu l’impression de revivre l’enchaînement des Twilight avec le début de saison de cet OL 2017/2018. Après un début de mercato et une préparation intrigants avec des arrivées plutôt pertinentes et surtout rapidement menées, l’OL a repris la compétition sous le signe de l’attente : l’équipe ayant été profondément remaniée, avec des têtes jeunes et assez peu connues, nombreux étaient ceux qui désiraient découvrir la nouvelle escouade lyonnaise.

Globalement positives par rapport à une philosophie de jeu particulière, les premières prestations des arrivants et de la formation de Bruno Génésio auront rassuré, avec le sécurisant Marcelo et le virevoltant Traoré notamment, voire fasciné, avec un Nabil Fekir de retour sous son meilleur jour, ou l’exotique et efficace Mariano Diaz, même si pour le coup, on n’est pas encore soulagé du poids des questions autour du remplaçant d’Alex Lacazette.

Le fameux projet de jeu, dont l’évolution a été ébauchée par le technicien lyonnais avec plus ou moins de bonheur, en cours de saison dernière, a certainement impacté toute l’intersaison du club rhodanien. Ou bien était-ce la tentation de tout révolutionner après une année frustrante et mitigée ? En tous cas, avec la gestion d’un première vague de départs pas incohérente sur le fond, avec les envies d’émancipation des têtes de gondole Tolisso et Lacazette, et les prestations déclinantes de Gonalons, on s’est quand même heurté à une forme pas très orthodoxe, surtout vis-à-vis de l’ex-capitaine enfant du pays.

Mais comme si cela ne suffisait pas, et que certains éléments plus ou moins indésirables n’ont pas pu ou voulu partir sous d’autres cieux, ce sont bien les deux derniers éléments prometteurs d’une philosophie technique alternative, historiquement appréciée de tous et pas forcément incompatible avec les préceptes et hommes en place de Maître Bruno qui ont été poussés dehors. Et encore une fois de manière pas toujours classe, avec des prétextes plus ou moins aussi grossiers qu’un carton rouge certes préjudiciable contre Bordeaux, ou une progression en deçà des attentes, malgré des statistiques pas forcément à charge.

Hésitation… Avant la Révélation ?

Du coup, entre des difficultés notoires dans la construction et l’absence de variété des solutions de jeu, un brin de malchance et des interrogations pas encore levées malgré des éléments positifs, on reste un peu frustrés et hésitants face au défi qui attend les Gones cette saison. Alors que les mastodontes passés sont déjà en haut et quasi inatteignables, la troisième place synonyme de Ligue des Champions revêt un caractère d’objectif prioritaire, dans un championnat où les prétendants à ce sésame sont encore nombreux. Et on ne voit pas le projet de jeu être une garantie de réussite.

On attend aussi de voir à l’œuvre les petits derniers Cheikh et NDombele, encore de jeunes paris avec peu de références, même si leur profil semble intéressant dans l’optique de chasser le fantôme de Corentin Tolisso du milieu lyonnais. Leur arrivée peut aussi permettre d’envisager un système de « secours » avec 3 milieux pour faire un losange dont Fekir serait la pointe.

Ainsi, maintenant que Bruno Génésio est servi et a toutes les cartes pour démontrer à tout le peuple lyonnais que son bashing n’était que pure spéculation du Café du Commerce, on espère, malgré les doutes à ce sujet, que la saison se transformera en Révélation. Et cela commence par un enchaînement de matches importants pour l’équipe lyonnaise, qui doit lui permettre de se stabiliser le plus haut possible au classement. On a vu l’année dernière avec Nice qu’une bonne dynamique prise très tôt pouvait s’avérer décisive.

Un mois charnière…

Pour s’assurer un tableau de marche cohérent, il faudra cette fois dompter les irréductibles bretons de Guingamp dès dimanche au Groupama Stadium, qui seront suivis deux semaines plus tard par Dijon. Il faudra aussi négocier deux déplacements difficiles, à Angers en fin de mois, où il n’est jamais simple de s’imposer, surtout après une journée importante de Ligue Europa contre l’Atalanta Bergame. En point d’orgue, l’OL devra répondre présent pour le premier vrai choc de sa saison au Parc des Princes, quelques heures seulement après être revenu de Chypre, un déplacement toujours hasardeux.

Avec une Ligue Europa dont la finale sera à Lyon, et dans laquelle le départ sera comme toujours primordial pour la suite, l’OL sera déjà dans le vif du sujet et sans trop de filet… Ce mois de Septembre ressemble déjà à un moment-clé de la saison lyonnaise… Première réponse dimanche…

Copyright photo en Une : Peggy D. / www.coeur-de-gone.fr

Partager

A propos

J'ai vu Garde et Génésio contre Papin et Cantona, pleuré le derby de 94, savouré la montée en puissance de 2000, les premiers titres et les grandes soirées européennes... Un passionné du jeu avec l'OL dans le coeur...

Répondre