Fin de saison oblige, Coeur de Gone dresse un bilan de la saison des lyonnais et distribue bonnes et mauvaises notes.

Gardiens :

lopes
Lopes : (15/20)
Même quand le bateau a sombré au coeur de l’Automne, Antho Lopes a su le maintenir à flot.
Il a empêché une grosse correction à Gerland face à Montpellier (1-4) et participé amplement à la remontée fantastique des hommes de Bruno Génésio.
De plus, son amour du maillot lyonnais lui vaut la sympathie du public qui en a fait son chouchou.

Gorgelin : Non noté


Défenseurs :

Umtiti
Umtiti (18/20) :
L’homme de la saison.
D’une régularité hors pair, Sam Umtiti fut l’un des seuls à émerger durant la première partie de saison.
Sa blessure coïncide avec le trou noir traversé en Novembre-Décembre et son retour avec le regain de forme de début 2016.
Ses performances ne lui ont toutefois pas permis de prétendre à une place dans les 23 mais nul doute que l’avenir s’annonce radieux pour lui à Lyon ou ailleurs.

Mapou (12/20) :
Il est le parfait reflet de la saison lyonnaise, catastrophique en début de saison, il a su parfaitement se relancer en deuxième partie et devenir la coqueluche du Parc OL avec son chant.
Un retour en grâce bien aidé par les conseils de Claudio Caçapa, revenu dans le staff en Janvier.

Rafael (11/20) :
Une saison en demi-teinte, souvent perturbée par des blessures à répétition qui ne lui ont pas permis de faire une saison pleine.
Toutefois, il a souvent signé de jolies sorties comme contre Paris ou encore Saint-Etienne.

Jallet (10,5/20) :
Une saison moyenne pour Jallet qui n’a pas connu le rendement de la saison dernière.
Souvent dépassé dans les duels, il a perdu sa place en fin de saison au profit de Rafael mais prolongé son aventure lyonnaise.

Morel (10,5/20) :
Souvent moyen sur les côtés, les rares bonnes performances de Jérémy Morel ont eu lieu dans l’axe où sa solidité n’est plus à prouver.
Un replacement dans l’axe en tant que joker l’année prochaine ne peut être qu’une bonne nouvelle mais si elle nécessite un recrutement de latéral.

Bedimo (10,5/20) :
Mis sur la touche dès le début de la saison, Henri Bedimo a connu une saison difficile.
Ses bonnes prestations ne lui ont permis de s’installer dans le onze lyonnais.
En fin de contrat, Bedimo devrait quitter l’OL en fin de saison après 3 saisons du côté de Lyon, on retiendra de lui sa superbe première saison et sa participation plus active à la 2e place de l’année dernière.

Koné (8/20) :
Quand on regardera dans le rétroviseur la période lyonnaise de Bako Koné, il sera bien difficile d’en extraire des bons souvenirs hormis son but à Kazan en 2011 qui qualifia l’OL en Ligue des Champions.
On retiendra surtout ses largesses défensives, ses mauvaises relances et la paire maléfique qu’il a pu former avec Dejan Lovren.
Un départ en fin de saison qui ouvre donc la voie à des jeunes défenseurs ou à une recrue qui, on l’espère, ne se situera pas dans sa lignée.

Non notés : Rose, Bisevac


Milieux de terrain :

Sergi DARDER

Darder (13/20) :
Après une acclimatation difficile, Sergi Darder a émerveillé les supporters lyonnais par son aisance technique et sa vision du jeu.
Il a progressivement gommé son déficit physique et livré de grands matchs mais qui ne lui permettent encore pas d’être un titulaire indiscutable.
Il sera toutefois difficile d’oublier son but superbe face à Paris au Parc OL ou encore ses ouvertures somptueuses contre Guingamp ou Monaco.


Gonalons (13/20) :
Il a une nouvelle fois cette saison confirmé son statut de thermostat de l’effectif lyonnais.
Il est souvent le reflet de l’état de l’équipe et du collectif, dysfonctionnant et marchant en accord avec l’état d’esprit général.
Toutefois, il a lui aussi réalisé une saison plus que correcte qui prouve qu’il est incontestablement l’un des piliers de l’OL.
Un capitaine fidèle qui (on l’espère) devrait livrer sa 7e saison avec les Gones.


Ferri (11,5/20) :
Le natif de Cavaillon a confirmé tout ce que l’on savait déjà sur lui depuis deux saisons, combatif, hargneux sur le terrain, il incarne à merveille l’état d’esprit voulu par le coach Génésio depuis Janvier.
Toutefois, il a également montré des difficultés à changer de registre et à hausser réellement son niveau de jeu.


Tolisso (11,5/20) :
Cible des critiques et des attaques, son erreur à Geoffroy-Guichard coûte le derby à l’OL.
Toutefois, Coco Tolisso ne mérite pas toutes les critiques qui lui sont affublées, il a montré en fin de saison par sa qualité de joueur « box-to-box » qu’il s’intégrait à merveille dans le nouveau 4-3-3.
Une série de blessures l’a toutefois éloigné longtemps des terrains et le prive sûrement d’une meilleure note dans le classement.


Grenier (8/20) :
Absent des terrains pendant les 3 premiers mois de compétition, son absence s’est ensuite passée sur le terrain.
Il n’a jamais influé sur le jeu lyonnais et changé le cours d’un match, loin du niveau que l’on connait de lui.
Plus présent sur le terrain médiatique, Clément Grenier y gagnerait beaucoup à quitter son club formateur pour se relancer.


Malbranque (non-noté) :
Il ne s’agit pas ici de noter sa saison qui fut blanche mais plutôt le professionnalisme d’un joueur formé au club.
Il fut l’un des premiers à porter fièrement les couleurs de l’OL à l’étranger.
Son retour fut magnifique avec 6 mois somptueux et un état d’esprit hors-pair.
Merci Steed.


Non notés : Tousart, Fofana, Kemen, Mvuemba.

Attaquants :

Lacazette
Lacazette (14/20) :
Seul son triplé dans le derby lui avait permis de sauver sa première partie de saison bien terne (6 buts).
Sa seconde partie de championnat lui a permis de retrouver une place plus conforme à son rang de grand buteur.
Pour la troisième saison de suite à plus de 20 buts, il est désormais dans l’histoire du club pour toujours : Premier buteur au Parc OL, dans le TOP 10 des meilleurs buteurs de l’histoire du club.
En espérant qu’Alex Lacazette puisse encore faire étalage de son talent sous les couleurs lyonnaises.

Ghezzal (13/20) :
Il est la révélation de la saison du côté de Lyon, le natif de Décines a permis à l’OL de retrouver son rang par sa deuxième partie de saison canon.
L’arrivée de Génésio lui a redonné confiance et l’a installé dans le onze lyonnais.

Cornet (11,5/20) :
Lui aussi aura profité pleinement du changement d’entraîneur, remplacement et second choix sous Fournier, il a exploité la méformes de Valbuena pour prendre une place de titulaire.
Son but face à Paris a permis à l’OL de terrasser le leader du championnat et sa bonne deuxième partie de saison est de bon augure pour la suite.

Kalulu (11/20) :
Malgré ses blessures récurrentes, Aldo Kalulu est également l’une des révélations de la saison lyonnaise.
Ses premiers buts contre Bastia et Bordeaux sont venus récompensés des prestations encourageantes dans le losange puis dans le 4-3-3.
Une fois débarrassé de ses pépins physiques, Aldo pourra lui aussi prétendre à une place dans le onze titulaire.

Perrin (11/20) :
Il fait parti des (rares) jeunes lancés dans le grand bain cette saison.
S’il était difficile de noter Del Castillo, Gaetan Perrin a malgré son faible temps de jeu eu le temps de montrer l’étendue de son talent.
Après une bonne entrée contre Lille, il s’est mué en sauveur au Parc OL contre Nantes.

Valbuena (8/20):
Auréolé du statut d’international, Mathieu Valbuena devait apporter toute son expérience à la jeunesse lyonnaise sur la scène européenne, c’est raté.
Jamais il n’a réussi à s’imposer, ni s’intégrer à un jeu qui ne semble pas adapté au style lyonnais.
De plus, sa vie privé n’a pas arrangé les choses et un an après son arrivée, il semble plus proche que jamais d’un départ.

Non notés : Beauvue, Fekir, Del Castillo.

Entraineurs :

Génésio

Hubert Fournier (8/20) :
Après une belle 2e place, l’optimiste pouvait être de rigueur pour le technicien lyonnais.
Mais entre une intersaison ratée, une campagne européenne catastrophique et une première partie de championnat en berne, Hubert Fournier s’est vite retrouvé en danger.
Si on ne peut tout lui mettre sur le dos, il faut toutefois reconnaitre qu’il n’a pas su relancer, ni fédérer son vestiaire.
Après une série de défaites inédites, c’est à la 9e place que Fournier fut démis de ses fonctions en Décembre.

Bruno Génésio (13/20) :
Fidèle adjoint de Garde puis Fournier, ce pur Gone a pris en main une équipe en crise de confiance et de résultats.
Malgré les réticences et les détracteurs, force est de constater que 6 mois plus tard, le pari est réussi avec une belle 2e place et une seconde partie de saison réussie.

Copyright photos : Peggy D. | www.coeur-de-gone.fr

Partager

A propos

Rédacteur pour le blog Coeur de Gone | "Bercé par Sonny Anderson, éduqué par Juninho, émancipé par Bako Koné." | @Corentin_Dupont

4 commentaires

Répondre